4-6 juin 1942 - Pacifique Central: Midway, l'incroyable victoire

Début mai 1942, l'amiral Isoroku Yamamoto, commandant en chef de la flotte combinée japonaise, a conçu un plan, l'"Operation MI", visant à "laver l'humiliation du 18 avril" en attirant dans un piège les porte-avions américains au large de l'atoll de Midway, puis de les anéantir dans une bataille décisive, permettant du même coup de préparer une future invasion des îles Hawaii. Les Américains, au courant du plan ennemi grâce au décryptage du code naval JN-25B de la marine impériale, ont préparé à son insu un "petit comité d'accueil". La "surprise" préparée par les Japonais va se retourner subitement contre-eux. L'incroyable victoire américaine de Midway marque le tournant du conflit dans le Pacifique.

Cette bataille, certainement une des plus décisives de la Seconde Guerre mondiale, se déroule du 4 au 6 juin 1942, un mois après l'engagement en Mer de Corail, et six mois après le désastre de Pearl Harbor. L'US Navy obtient là sa première grande victoire et une éclatante revanche contre l'aéronavale japonaise, laquelle subie de très lourdes pertes: quatre des six porte-avions qui avaient menés l'attaque du 7 décembre 1941 sont coulés par les Américains, qui de leur côté perdent un porte-avions, un destroyer et 150 avions.




Contexte stratégique et plan de Yamamoto.

Six mois après l'entrée en guerre des Etats-Unis et le début de la guerre dans le Pacifique, Tokyo a remporté une série impressionante de victoires navales ou terrestres, et les Alliés ont enchaîné défaite sur défaite. Les forces impériales japonaises ont conquis les îles Mariannes, Marshall et Carolines, les Philippines, les Indes néerlandaises, la Malaisie, Singapour, la Birmanie et le Siam (Thaïlande). Elle est maintenant aux portes de l'Inde, elle a débarqué sur la côte nord-est de Papousie (Nouvelle-Guinée) et menace directement l'Australie.


La flotte combinée de l'amiral Isoroku Yamamoto a elle aussi marqué des points. Le 7 décembre 1941, elle a sérieusement mis à mal la flotte américaine dans sa base de Pearl Harbor (1). En février 1942, elle a anéanti la flotte alliée de l'ABDA dans la mer de Java. Elle a également lancé des raids aéronavals contre l'île de Ceylan, dans l'océan Indien, et contre le port de Darwin, en Australie.

Seule ombre au tableau: les porte-avions américains, les "miraculés de Pearl Harbor", n'ont toujours pas été neutralisés et représentent toujours une menace pour la sécurité du Japon. Durant les premiers mois de l'année 1942, les trois porte-avions de la Flotte américaine du pacifique lancent des petits raids "coup d'épingle" contre les bases de ravitaillement arrières japonaises dans le Pacifique: Wake, Kwajalein. Ces actions sont dérisoires sur le plan tactique, mais donnent des coups de fouet au moral des Américains, ébranlés par six mois de défaites.

Le 18 avril 1942, 16 bombardiers moyens B-25 Mitchell de l'USAAF partis du porte-avions Hornet visent directement la métropole japonaise, et plus particulièrement Tokyo (2). Le raid américain fait voler en éclat la réputation d'invincibilité du Japon. Pour Tokyo et le clan des militaires japonais, c'est l'humiliation. Au début mai 1942, pour éliminer définitivement cette menace et faire cesser les raids ennemis, l'Etat-major de Yamamoto conçoit un plan visant à attirer l'aéronavale américaine à découvert et l'anéantir en une bataille décisive.

Ce plan en lui-même est excessivement complexe, ce qui est typique des plans d'opération japonais de la Seconde Guerre mondiale. Sa conception repose sur des renseignements trop optimistes et erronés, suggérant que le Hornet et l'Enterprise, qui forment la Task Force TF16, sont les deux seuls porte-avions que la flotte américaine du Pacifique seront capables de lui opposer une résistance. Le Lexington a bien été coulé en mer de Corail, et le Yorktown sévèrement endommagé, un mois plus tôt. (3)

Mais à l'insu des Japonais, tous les ouvriers du bassin de radoub (Drydock) de Pearl Harbor, travaillant en équipes 24h sur 24, ont accomplit un exploit extraordinaire, unique dans les annales de la marine: réparer et remettre en état le Yorktown en moins d'une semaine, au lieu des six mois programmés. Celui-ci sera donc opérationel et participera à la bataille future.


Les Américains leur réservent une autre surprise: les services de cryptologie de l'US Navy dirigés par le commander Joseph "Joe" Rochefort ont réussi à déchiffrer le code naval japonais JN-25B, celui-là même qui leur a permis de s'opposer au projet de leur débarquement à Port-Moresby, et conduit à la bataille de la Mer de Corail (3). Nimitz et l'Etat-major américain prennent ainsi connaissance du plan japonais contre Midway.

Typique des plans japonais de la Seconde Guerre mondiale, le plan de Yamamoto est d'une incroyable complexité. Et il souffre dès le départ de plusieurs défauts:

1° La dispersion de ses forces: les navires, et particulièrement les cuirassés et les croiseurs lourds, seront répartis en pas moins de six groupes séparés: la 1ère Force d'attaque aéronavale du vice-amiral Chuichi Nagumo, avec quatre porte-avions d'escadre, la force d'invasion de Midway (ou 2ème Flotte), commandée par le vice-amiral Nobutake Kondo, la force d'occupation de Midway du contre-amiral Raizo Tanaka, la force de soutien de Midway du vice-amiral Takeo Kurita, avec quatre croiseurs lourds, la force de bataille principale (ou 1ère Flotte), constituée avec le reste de la flotte combinée et dirigée personnellement par Yamamoto, avec le supercuirassé Yamato battant pavillon amiral, et enfin la force de diversion (ou Force du Nord) chargée d'attaquer et d'occuper les îles Aléoutiennes, sous les ordres du vice-amiral Boshiro Hosogaya.


2° Le manque de souplesse des différentes forces et l'éloignement de la force de bataille de Yamamoto: naviguant à plus de 300 miles derrière la force d'invasion de Midway, la 1ère Flotte est trop éloignée pour porter assistance aux forces d'invasion de Midway en cas d'imprévu.

3° L'absence des deux porte-avions Zuikaku et Shokaku, engagés en Mer de Corail un mois plus tôt. Le Shokaku, sévèrement endommagé, a pris la route du Japon pour y être réparé et est immobilisés pour plusieurs mois. Le Zuikaku, privé d'aviation en raison des pertes subies, a regagné la base de Rabaul et ne participera pas non plus à la bataille de Midway.

4° La diversité et la dispersion trop vaste des objectifs: la conquête simultannée des îles aléoutiennes, de l'atoll de Midway et la destruction de la flotte américaine du Pacifique. Nagumo, tiraillé entre la neutralisation de Midway ou celle des porte-avions américains, ne saura pas laquelle choisir en priorité. Avec les conséquences que l'on sait...

5° L'absence de renseignements fiables sur la présence ou non de la flotte américaine à Pearl Harbor: Yamamoto pense que celle-ci, stationnée dans les îles Hawaii, ne pourra pas réagir avant plusieurs jours. Or, les Américains sont au courant des plans japonais et ont renforcé Midway avec des défenses côtières, des batteries anti-aériennes et diverses escadrilles d'attaque ou de défense de l'US Navy, de l'USAAF et des Marines, au total 127 avions dont des bombardiers à long rayon d'action B-17 Flying Fortress. La flotte du Pacifique, avec les trois porte-avions Hornet, Enterprise et Yorktown, a déjà pris position autour de l'atoll.

Photo ci-dessous: l'atoll de Midway en mai 1942, avec la barrière de récifs, son aérodrome et ses deux îlots Eastern (devant) et Sand (arrière-plan).



(1) Blogosphère Mara, "7 décembre 1941 - Pearl Harbor: Tora Tora Tora!"

(2) Blogosphère Mara, "18 avril 1942 - Japon: célèbre raid de Jimmy Doolittle sur Tokyo"

(3) Blogosphère Mara, "7-8 mai 1942 - Pacifique Sud-Ouest: bataille de la Mer de Corail"



Ordre de bataille naval japonais.


1° Forces japonaises engagées contre Midway.

Commandant en chef: Amiral Isoroku Yamamoto.
Navire-amiral: cuirassé Yamato.

1.1. Force de bataille principale (1er Flotte Japonaise).
Amiral Isoroku Yamamoto (Yamato).


Division de cuirassés 1, ou "Battleship Division One" (BATDIV 1). Contre-amiral Gihachi Takayanagi (Yamato).

  • 3 cuirassés: Yamato, Mutsu et Nagato.

Groupe de porte-avions [Carrier Group]. Capitaine Kaoru Umetani.

  • 1 porte-avions léger: Hosho. 8 bombardiers-torpilleurs biplan Yokosuka B4Y1 Jean.
  • 1 destroyer d'escorte: Yukaze.

• Groupe Spécial [Special Group].

  • 2 porte-avions légers: Chiyoda et Nisshin. Reconvertis en lanceurs d'hydravions.

• Force de protection [Screening Force]. Contre-amiral Shintaro Hashimoto (Sendai).

  • 1 croiseur léger: Sendai.
  • Destroyer Squadron 3 [DESRON 3]. 8 destroyers: Fubuki, Shirayuki, Hatsuyuki et Murakamo (DESDIV 11), Isonami, Uranami, Shikinami et Ayanami (DESDIV 19).

• Groupe de ravitaillement [Supply Group]. Capitaine Shigeyasu Nishioka (Naruto).

  • 2 pétroliers: Naruto et Toei Maru.


1.2. Première Force d'attaque aéronavale (First Carrier Striking Force).
Vice-amiral Chuichi Nagumo (Akagi).


h73059

Division de porte-avions 1 (CARDIV 1). 2 porte-avions d'escadre.
Vice-amiral Chuichi Nagumo (Akagi).

  • Porte-avions Akagi. Capitaine Taijiro Aoki.
    Commandant du Groupe aérien: commander Mitsuo Fuchida.

    • 19 chasseurs A6M2 Zeke. Lt.-Cdr. Shigeru Itaya.
    • 18 bombardiers en piquée D3A1 Val. Lt.-Cdr. Takehiko Chihaya.
    • 18 bombardiers-torpilleurs B5N2 Kate. Lt.-Cdr. Shigeharu Murata.


  • Porte-avions Kaga. Capitaine Jisaku Okada (K).
    Commandant du Groupe aérien: lieutenant-commander Tadashi Kusumi [KIA].
    [KIA: Tué au combat, WIA: blessé]

    • 18 chasseurs A6M2 Zeke. Lt. Masao Sato.
    • 18 bombardiers en piquée D3A1 Val. Lt. Shoichi Ogawa.
    • 27 bombardiers-torpilleurs B5N2 Kate. Lt. Ichiro Kitajima.


Division de porte-avions 2 [CARDIV 2]. 2 porte-avions d'escadre.
Contre-amiral Tamon Yamaguchi (Hiryu) [KIA].

  • Porte-avions Hiryu. Capitaine Tomeo Kaku [KIA].
    Commandant du Groupe aérien: lieutenant Joichi Tomonaga [KIA].

    • 18 chasseurs A6M2 Zeke. Lt. Shigeru Mori [KIA].
    • 18 bombardiers en piquée D3A1 Val. Lt. Michio Kobayashi [KIA].
    • 18 bombardiers-torpilleurs B5N2 Kate. Lt. Kikuchi Rokuro [KIA].


  • Porte-avions Soryu. Capitaine Ryusaku Yanagimoto [KIA].
    Commandant du Groupe aérien: lieutenant-commander Takashige Egusa.

    • 18 A6M2 Zeke. Lt. Masaharu Suganami.
    • 18 D3A1 Val. Lt. Masahiro Ikeda.
    • 18 B5N2 Kate et 2 Yokosuka D4Y1 Judy. Lt. Heijiro Abe.


Groupe de soutien. Contre-amiral Hiroaki Abe (Tone).

  • Division de croiseurs 8 (CRUDIV 8). 2 croiseurs lourds: Tone et Chikuma.

Division de cuirassé 3 (BATDIV 3). Contre-amiral Tamotsu Takama (Haruna).

  • 2 cuirassés: Haruna et Kirishima.

Groupe de protection. Contre-amiral Susumu Kimura (Nagara).

  • 1 croiseur léger: Nagara.
  • Destroyer Squadron 10 (DESRON 10). 11 destroyers: Nowaki, Arashi, Hagikaze et Maikaze (DESDIV 4), Kazagumo, Yugumo et Makigumo (DESDIV 10), Urakaze, Isokaze, Tanikaze et Hamakaze (DESDIV 17).

Groupe de ravitaillement 1. Capitaine Masanao Ota (Kyokuto Maru).

  • 1 destroyer d'escorte: Akigumo.
  • 5 pétroliers: Kyokuto Maru, Shinkoku Maru, Toho Maru, Nippon Maru et Kokuyo Maru.


1.3. Flotte d'invasion de Midway (2ème Flotte japonaise).
Vice-amiral Nobutake Kondo (Atago).


Division de cuirassés 3 (BATDIV 3). Contre-amiral Gunichi Mikawa.
  • 2 cuirassés: Kongo et Hiei.

Division de croiseurs 4 (CRUDIV 4). Vice-amiral Nobutake Kondo.
  • 2 croiseurs lourds: Atago et Chokai.

Division de croiseurs 5 (CRUDIV 5). Vice-amiral Takeo Takagi.
  • 2 croiseurs lourds: Myoko et Haguro.

Force de protection. Contre-amiral Shoji Nishimura (Yura).

  • 1 croiseur léger: Yura.
  • 7 destroyers: Murusame, Samidare, Harusame et Yudachi (DESDIV 3), Asagumo, Minegumo et Natsugumo (DESDIV 9).

Groupe de porte-avions. Capitaine Sueo Obayashi (Zuiho).

  • 1 porte-avions léger: Zuiho.
  • Groupe aérien:
    • 12 chasseurs A6M2 Zeke, lieutenant Moriyasu Hidaka,
    • 12 bombardiers-torpilleurs B5N2 Kate, lieutenant Kaji Matsuo.
  • 1 destroyer d'escorte: Mikozuki.

Groupe de ravitaillement. Capitaine Jiro Murao (Sata).

  • 5 pétroliers: Sata, Tsurumi, Genyo Maru, Kenyo Maru et Akashi.


1.4. Force d'occupation de Midway.
Contre-amiral Reizo Tanaka (Juntzu).


12 navires de transport (5000 hommes de troupes).

  • Kiyozumi Maru, Keiyo Maru, Zenyo Maru, Goshu Maru #2, Toa Maru, Kano Maru, Argentina Maru, Hokuriku Maru, Brazil Maru, Kirishima Maru, Azuma Maru, Nankai Maru.
  • 4 patrouilleurs: PB-1, PB-2, PB-3 et PB-4.

Groupe de protection. Contre-amiral Reizo Tanaka (Juntzu).

  • 1 croiseur léger: Juntzu.
  • 10 destroyers: Kuroshio et Oyashio (DESDIV 15), Yukikaze, Amatsukaze, Tokitsukaze et Hatsukaze (DESDIV 16), Shiranuki, Kasumi, Arare et Kagero (DESDIV 18).

Groupe de porte-hydravions. Contre-amiral Ruitaro Fujita (Chitose).

  • 2 porte-hydravions: Chitose (12 A6M2-N Rufe, 4 E13A3 Jake) et Kamikawa Maru (8 A6M2-N Rufe, 4 E13A3 Jake).
  • 1 destroyer d'escorte: Hayashio.
  • 1 patrouilleur (transport): PB-35.




1.5. Force de soutien de Midway.
Vice-amiral Takeo Kurita (Kumano).


Division de croiseurs 7 (CRUDIV 7). Vice-amiral Takeo Kurita.

  • 4 croiseurs lourds: Kumano, Suzuya, Mogami et Mikuma.

Division de destroyers 8 (DESDIV 8). Commander Nobuki Ogawa.

  • 2 destroyers: Asashio et Arashio.
  • 1 pétrolier: Nichiei Maru.


1.6. Force sous-marine avancée (6ème Flotte japonaise).
Vice-amiral Teruhisa Komatsu (Kwajalein, îles Marshall).


Squadron de sous-marins 3 (SUBRON 3). Contre-amiral Chimaki Kona (Kawajein).

  • Division de sous-marins 13 (SUBDIV 13). 3 sous-marins: I-121, I-122 et I-123.
  • Division de sous-marins 19 (SUBDIV 19). 4 sous-marins: I-156, I-157, I-158 et I-159.
  • Division de sous-marins 30 (SUBDIV 30). 3 sous-marins: I-162, I-165 et I-166.


2° Forces du Nord engagée contre les îles Aléoutiennes.

Commandant: vice-amiral Boshiro Hosogaya.
Navire-amiral: croiseur lourd Nachi.

2.1. Corps de bataille principal de la 5ème Flotte japonaise.
Vice-amiral Boshiro Hosogaya (Nachi).


  • 1 croiseur lourd: Nachi.
  • 2 destroyers: Inazuma et Ikazuchi.
  • 2 pétroliers: Fujisan Maru et Nissan Maru.
  • 3 navires cargos.


2.2. Seconde Force d'attaque aéronavale (Second Carrier Striking Force).
Contre-amiral Kakuji Kakuta (Ryujo).


Division de porte-avions 4 (CARDIV 4). 2 porte-avions.

  • Porte-avions léger Ryujo. Capitaine Tadeo Kato.
    Commandant du Groupe aérien: lieutenant Masayuki Yamagami.

    • 16 chasseurs A6M2 Zeke. Lt. Minoru Kobayashi.
    • 21 bombardiers-torpilleurs B5N2 Kate. Lt. Masayuki Yamagami.

  • Porte-avions Junyo. Capitaine Shizue Ishii.
    Commandant du Groupe aérien: lieutenant Yoshio Shiga.

    • 24 chasseurs A6M2 Zeke. Lt. Yoshio Shiga.
    • 15 bombardiers en piquée D3A1 Val. Lt. Zenji Abe.

Division de croiseurs 4 (CRUDIV 4). Capitaine Shunsaku Nabeshima (Maya).

  • 2 croiseurs lourds: Takao et Maya.

Division de destroyers 7 (DESDIV 7). Captain Kaname Konishi (Akebono).

  • 3 destroyers: Akebono, Ushio et Sazanami.
  • 1 pétrolier: Teiyo Maru.


2.3. Force de soutien des Aléoutiennes.
Vice-amiral Shiro Takasu (Hyuga).


Division de cuirassés 2 (BATDIV 2). Vice-amiral Shiro Takasu.

  • 4 cuirassés: Fuso, Hyuga, Ise et Yamashiro.
Division de croiseurs 9 (CRUDIV 9). Contre-amiral Fukuji Kishi (Kitakami).

  • 2 croiseurs légers: Kitakami et Oi.

Force de couverture. Captain Yuji Yamada (Asagiri).

  • Division 20 (DESDIV 20): Asagiri, Yugiri, Shirakumo et Amagiri.
  • Division 24 (DESDIV 24): Umikaze, Yamakaze, Kawakaze et Suzukaze.
  • Division 27 (DESDIV 27): Ariake, Yugure, Shigure et Shiratsuyu.

Groupe de ravitaillement. Capitaine Matsuo Eguchi (San Clemente Maru).

  • 2 pétroliers: San Clemente Maru et Toa Maru.


2.4. Force d'invasion d'Attu.
Contre-amiral Sentaro Omori (Abukuma).


  • 1 croiseur léger: Abukuma.
  • 1 mouilleur de mines: Magane Maru.
  • 1 navire de transport: Kinugaza Maru (1200 hommes de troupe).
  • Division 21 (DESDIV 21). Capitaine Toshio Shimizu. 4 destroyers: Wakaba, Nenohi, Hatsuharu et Hatsushimo.


2.5. Force d'invasion de Kiska.
Capitaine Takeji Ono (Kiso).


Division de croiseurs 21 (CRUDIV 21). Capitaine Takeji Ono.

  • 2 croiseurs légers: Kiso et Tama.
  • 2 croiseurs auxiliaires: Asaka Maru et Awata Maru.

Force de protection.

  • Division 6 (DESDIV 6). Capitaine Yusuke Tamada. 3 destroyers: Hibiki, Akatsuki et Hakaze.

Division de dragueur de mines 13. Capitaine Toshio Mitsuka.
  • 3 dragueurs de mines: Hakuho Maru, Kaiho Maru et Shinkotsu Maru.
  • 2 navires de transport: Hokusan Maru (550 hommes) et Kumagawa Maru (700 ouvriers).


2.6. Détachement de sous-marins.
Contre-amiral Shigeaki Yamakazi.


6 sous-marins:
Squadron de sous-marins 1 (SUBRON 1): I-9.
  • Division 2 (SUBDIV 2): I-15, I-17 et I-19.
  • Division 4 (SUBDIV 4): I-25 et I-26.


2.7. Force de porte-hydravions des Aléoutiennes.
Capitaine Keiichi Ujuku.


  • 1 porte-hydravion: Kimikawa Maru (3 hydravions).
  • 1 destroyer d'escorte: Shiokaze.


Préparatifs et ordre de bataille américain.

Les Task Forces TF16 et TF17 commandées par les contre-amiraux Frank J. "Black Jack" Fletcher et Raymond A. Spruance se rejoignent à Point Luck ("Point Chance"), situé à 350 miles environ au nord-est de l'atoll de Midway. Fletcher prend le commandement des opérations, regroupe et déplace les deux escadres unifiées à 200 miles au nord de l'île. La force américaine compte désormais 3 porte-avions, 7 croiseurs lourds, 1 croiseur léger, 16 destroyers et 2 pétroliers.

De plus, Une vingtaine de sous-marins commandés par le contre-amiral Robert H. English se sont déployés et veillent autour de l'atoll de Midway.


Commander in Chief Pacific [CINCPAC]. Amiral Chester W. Nimitz.
Ccommandement en chef des forces américaines dans le Pacifique.
QG NAS Pearl Harbor, Hawaii.

Commander Carrier Striking Force. Contre-amiral Frank J. Fletcher.
Constituée avec les trois porte-avions Yorktown (TF17), Hornet et Enterprise (TF16).


1. Task Force TF17. Contre-amiral Frank J. Fletcher.

Task Group TG.17.2 [Cruiser Group]. Contre-amiral William W. Smith.

  • 2 croiseurs lourds: Astoria et Portland.

Task Group 17.4 [Destroyer Screen] (DESRON 2). Capitaine Gilbert C. Hoover.

  • 6 destroyers: Hammann, Morris, Hughes, Anderson, Russell et Gwin.

Task Group TG.17.5 [Carrier Group]. Capitaine Elliot Buckmaster.

  • Porte-avions Yorktown (CV-5). Capitaine Elliot Buckmaster.
    (Endommagé pendant la bataille de la mer de Corail, le 8 mai 1942)
    Commandant du Groupe aérien: lieutenant-commander Oscar Pederson.

    • Fighting Squadron 3 (VF-3). Lt.-Cdr. John S. Thatch. 25 F4F-4 Wildcat.
    • Bombing Squadron 3 (VB-3). Lt.-Cdr. Maxwell F. Leslie. 18 SBD-3 Dauntless.
    • Scouting Squadron 3 (VS-3). Lt. Wallace C. Short, Jr. 19 SBD-3 Dauntless.
    • Torpedo Squadron 3 (VT-3). Lt.-Cdr. Lance E. Massey. 13 TBD-1 Devastator.


2. Task Force TF16. Contre-amiral Raymond A. Spruance.

Task Group TG.16.2 [Cruiser Group] [CRUDIV 6]. Contre-amiral Thomas C. Kinkaid.

  • 5 croiseurs lourds: New Orleans, Minneapolis, Vincennes, Northampton et Pensacola.
  • 1 croiseur léger: Atlanta.

Task Group TG.16.3 [Destroyer Screen]. Capitaine Alexander R. Early.

  • Squadron 1 (DESRON 1). Capitaine Alexander R. Early. 4 destroyers: Phelps, Worden, Monaghan et Aylwin.
  • Squadron 6 (DESRON 6). Capitaine Edward P. Sauer. 5 destroyers: Balch, Conyngham, Benham, Ellet et Maury.

Task Group TG.16.5 [Carrier Group]. Capitaine George D. Murray.

  • Porte-avions Enterprise (CV-6). Capitaine George D. Murray.
    Commandant du Groupe aérien: Lt.-Cdr. Clarence W. "Wade" McClusky.

    • Fighting Squadron 6 (VF-6). Lt. James S. Gray. 27 F4F-4 Wildcat.
    • Bombing Squadron 6 (VB-6). Lt. Richard H. Best. 19 SBD-3 Dauntless.
    • Scouting Squadron 6 (VS-6). Lt. Wilmer E. Gallaher. 19 SBD-3 Dauntless.
    • Torpedo Squadron 6 (VT-6). Lt.-Cdr. Eugene E. Lindsey. 14 TBD-1 Devastator.


  • Porte-avions Hornet (CV-8). Capitaine Marc A. Mitscher.
    Commandant du groupe aérien: lieutenant-commander Stanhope C. Ring.

    • Fighting Squadron 8 (VF-8). Lt.-Cdr Samuel G. Mitchell. 27 F4F-4 Wildcat.
    • Bombing Squadron 8 (VB-8). Lt-Cdr Robert R. Johnson. 19 SBD-3 Dauntless.
    • Scouting Squadron 8 (VS-8). Lt-Cdr Walter F. Rodee. 18 SBD-3 Dauntless.
    • Torpedo Squadron 8 (VT-8). Lt-Cdr John C. Waldron. 15 TBD-1 Devastator.

Groupe de pétroliers.

  • 4 pétroliers: Cimarron, Platte, Dewey et Monssen.


3. Commander Submarine Force Pacific Fleet [COMSUBPAC].
Contre-amiral Robert H. English. Commandement en chef des forces
sous-marines américaines du Pacifique. QG NAS Pearl Harbor, Hawaii.


Task Group TG.7.1.

  • 12 sous-marins: Cachalot, Flying Fish, Tambor, Trout, Grayling, Nautilus, Grouper, Dolphin, Gato, Cuttlefish, Gudgeon et Grenadier.

Task Group TG.7.2.

  • 3 sous-marins: Narwhal, Plunger, Trigger.

Task Group TG.7.3.

  • 4 sous-marins: Tarpon, Finback, Pike et Growler.


4. Base aérienne de Midway.
Capitaine Cyril T. Simard.


Les Américains ont rassemblé sur Midway tout les "fonds de tiroir" et réserves aériennes disponibles, la plupart démodées et surclassées par leurs homologues japonais: 11 bombardiers SB2U Vindicator et 16 SBD Dauntless, 19 B-17 Flying Fortress et 4 B-26 Marauder de l'USAAF, 6 prototypes d'un nouveau modèle de bombardiers-torpilleurs, le TBF Avenger, 32 hydravions de reconnaissance PBY Catalina, chargés de patrouiller et de découvrir la flotte japonaise, et enfin 20 Brewster F2A Buffalo, jugés totalement inapte à affronter les chasseurs ennemis, et 7 F4F Wildcat. L'ensemble de ces forces sont placées sous le commandement du capitaine Cyril T. Simard, de l'US Navy.


Détachements aériens US Navy.

  • Patrol Wing 2 Detachment [PATWING 2 Det]. Lt-Cdr Robert Brixner.
    • 32 hydravions de patrouille Consolidated PBY-5A Catalina.

  • Torpedo Squadron 8 Detachment 1 [VT-8 Det]. Lt. Langdon K. Fieberling.
    • 6 Grumman TBF Avenger (détachés du Hornet).

Marine Aircraft Group 22 [MAG 22]. Lieutenant-colonel Ira L. Kimes.

  • Marine Fighting Squadron VMF-221. Major Floyd B. Parks.
    • 20 Brewster F2A-3 Buffalo,
    • 7 Grumman F4F-3 Wildcat.

  • Marine Scouting-Bombing Squadron VMSB-241. Major Lofton R. Henderson.
    • 11 Vought SB2U-3 Vindicator,
    • 16 Douglas SBD-2 Dauntless.

Détachements de la 7ème US Air Force (USAAF). Général Willis P. Hale.

  • 4 Martin B-26 Marauder. Capitaine James F. Collins.
  • 13 Boeing B-17 Flying Fortress. Colonel Walter C. Sweeney.
  • 6 Boeing B-17 Flying Fortress. Major George A. Blakey.

f022635


Préludes à la bataille de Midway (21 mai - 3 juin 1942).

Le 21 mai 1942, la Force d'invasion de Midway du vice-amiral Nobutake Kondo appareille d'Hiroshima, dans la Mer Intérieure du Japon, et fait route vers l'atoll de Midway. Cette force sera rejoint une semaine plus tard par le groupe d'occupation du contre-amiral Reizo Tanaka, avec douze navires de transport et 5,000 hommes de troupes, et la force de soutien du vice-amiral Takeo Kurita, avec les deux cuirassés Kongo et Hiei, huit croiseurs lourds et deux croiseurs légers, qui appareilleront respectivement de Saipan et de Guam, dans les îles Mariannes, le 29 mai.

Le 27 mai 1942, c'est le tour de la 1ère Force d'attaque aéronavale du vice-amiral Chuichi Nagumo d'appareiller d'Hiroshima pour Midway, avec les quatre porte-avions lourds d'escadre Akagi, Kaga, Soryu et Hiryu.

L'escadre de Nagumo sera suivie deux jours plus tard, à 650 miles de distance, par la Force principale, où 1ère Flotte japonaise, commandée personnellement par l'amiral Isoroku Yamamoto, avec les trois cuirassés Yamato (battant pavillon amiral), Mutsu et Nagato, et trois porte-avions légers.

De son côté, la "Force du Nord" du vice-amiral Boshiro Hosogaya, destinée à l'occupation des îles américaines Attu et Kiska, dans les Aléoutiennes (Alaska), a appareillé une semaine plus tôt, le 22 mai, de sa base de Kure, au Japon. Elle comprend les trois croiseurs lourds Nachi, Takao et Maya, deux autres porte-avions légers, des navires de transport avec des forces d'occupation.

L'objectif des Japonais est d'occuper Midway, ce qui provoquera une réaction de la flotte américaine, et en particulier de ses porte-avions, basée à Pearl Harbor, de manière à l'attirer à découvert, la détruire pour "laver l'humiliation du 18 avril". Le principal défaut du plan de Yamomoto, c'est bien sûr la dispersion de ses navires: pas moins de six groupes différents séparés.

Mais ce que le Haut-commandement impérial ignore, c'est que les Américains ont "cassé" leur code naval JN-25B et sont parfaitement renseigné sur leurs intentions. Ceux-ci ont renforcé la garnison de Midway, littéralement en grattant tous "les fonds de tiroir". Les forces aéronavales de la flotte du Pacifique, avec leurs porte-avions, ont appareillé de Pearl Harbor, le 28 mai pour le Hornet et l'Enterprise, le 30 mai, deux jours plus tard pour le Yorktown. Ils ont pris position autour de l'atoll et ont organisé un "comité d'accueil".

Il est prévu que deux hydravions japonais H8K Emily partis de Kwajalein, dans les îles Marshall, et devant être ravitaillés par sous-marins dans le groupe d'îles de la Frégate française, au nord d'Hawaii, effectuent une mission de reconnaissance au-dessus d'Oahu, de manière à détecter ou non la présence des porte-avions américains.

Mais le 28 mai 1942, le lanceur d'hydravions Thornton et le mouilleur de mines Preble commencent leurs propres activités de patrouille. Le sous-marins japonais I-123 signale la présence des navires américains et qu'il ne peut accomplir sa mission de ravitaillement. La mission de reconnaissance japonaise est donc décommandée et les deux hydravions font demi-tour.

Cela aurait été un renseignement fort utile pour les Japonais, car l'amiral Chester Nimitz, commandant en chef des forces américaines du Pacifique, a ordonné aux Task Force TF16 et TF17 d'appareiller de Pearl Harbor et de se diriger vers Midway. La TF16, commandée par le contre-amiral Raymond A. Spruance, qui remplace William "Bull" Halsey malade, appareille de Pearl Harbor avec les deux porte-avions Enterprise et Hornet, les cinq croiseurs lourds Pensacola, Vincennes, Northampton, New Orleans et Minneapolis, le croiseur léger Atlanta et neuf destroyers.

La Task Force TF17 du contre-amiral Frank J. "Black Jack" Fletcher, avec le Yorktown, dont les ouvriers du Drydock (cale sèche) ont réussit l'incroyable exploit de le réparer en quelques jours, quitte Pearl Harbor le 30 mai, quarante-huit heures plus tard. Les trois porte-avions américains se sont donnés rendez-vous à 350 miles au nord-est de Midway, en un endroit appellé le "Point Chance" (Point Luck).

Le 31 mai 1942, la 1er Force d'attaque aéronavale intercepte des dizaines de messages radio ennemis, dont beaucoup portent la mention "Urgent", et soupçonne les Américains d'être au courant de sa présence.

Craigant d'avoir été repéré, le vice-amiral Chuichi Nagumo, qui précède le gros de la flotte de Yamamoto de 650 miles, doit pourtant observer le silence radio.

Le 1er juin 1942, un sous-marin japonais signale une forte activité radio et aérienne ennemie au-dessus de l'atoll. Le vice-amiral Chuichi Nagumo ne sait plus que penser. Il a en effet reçu des ordres délicats: à la fois anéantir les défenses de l'île, et attirer les porte-avions américains pour les détruire.

Le 2 juin 1942, Nagumo décide de rompre le signale radio et relaie le message du sous-marins indiquant l'activité aérienne inhabituelle dans les parages de l'atoll. Les TF16 et TF17, qui n'ont toujours pas été détectées, se réunissent comme prévu au Point Chance, à 350 miles au nord-est de Midway. Fletcher prend le commandement des opérations aéronavales, regroupe et décide de déplacer les deux escadres réunies à 200 miles au nord de l'île.

Celle-ci regroupent désormais les porte-avions Hornet, Enterprise et Yorktown, avec 231 avions embarqués, 7 croiseurs lourds, 1 croiseur léger, 16 destroyers et 2 pétroliers. De plus, 25 sous-marins commandés par le contre-amiral Robert H. English se sont déployés et veillent autour de Midway.

Ce même jour, dans les îles Aléoutiennes, un hydravion de reconnaissance PBY-5 Catalina repère les deux porte-avions japonais Ryujo et Junyo, 400 miles au large de l'île de Kiska. C'est la 2ème Force d'attaque aéronavales du contre-amiral Kakuji Kakuta, en route pour bombarder la base de Dutch Harbor, sur l'île d'Unalaska.

Le 3 juin 1942, la 2ème Force d'attaque aéronavale japonaise de l'amiral Kakuji Kakuta entame son offensive aérienne. 12 bombardiers en piquée Aichi D3A Val, 11 bombardiers-torpilleurs Nakajima B5N Kate et 12 chasseurs d'escorte Mitsubishi A6M2 Zeke, commandés par le lieutenant Yoshio Shiga, s'envolent des porte-avions Ryujo et Junyo pour bombarder la base de Dutch Harbor.

Pendant ce temps, les deux forces d'occupation destinées aux îles américaines Attu et Kiska, commandées respectivement par les contre-amiraux Sentaro Omori et Takeji Ono, poursuivent leur route vers leur objectif.

A 9h, l'hydravion Catalina du lieutenant Jack Reid signale deux navires japonais à 470 miles au sud-ouest de l'atoll, mais il se trompe et identifie ce groupe comme étant la force d'attaque aéronavale principale de Nagumo. Il s'agit en fait de la "Minesweepers Force", les dragueurs de mines du lieutenant Sadatoma Miyamoto, et des navires de transport du contre-amiral Reizo Tanaka, dépendantes toutes deux de la Force d'invasion de Midway, commandée par le vice-amiral Nobutake Kondo.

g19974

A midi, 9 bombardiers B-17 Flying Fortress et plusieurs PBY Catalina équipés de torpilles attaquent les navires de Kondo à environ 660 miles (1,060 km) à l'ouest de Midway, sans résultat notable. Le Akebono Maru est cependant endommagé par une torpille d'un PBY. C'est le premier navire japonais atteint de la bataille de Midway.

Schéma ci-dessous. "1": Croiseur léger Jintsu "2": Destroyers. "3": navires de transport. "4": attaques B-17, 17h 3 Juin. "5": attaque à la torpille PBY 1h du matin 4 juin.


Durant toute cette journée du 3 juin 1942, les Catalina de Midway et les éclaireurs SBD Dauntless de Fletcher cherchent en vain à établir le contact avec les quatre porte-avions lourds de Nagumo.


Bataille décisive de Midway (4-6 juin 1942).

1° Premier jour: 4 juin 1942.

Le 4 juin 1942, à l'aube, c'est le début officiel de la "Bataille de Midway". Elle se poursuivra jusqu'à l'aube du 7 juin, et vera la défaite écrasante des Japonais, qui y perdront quatre grands porte-avions d'escadre et la fine fleur de leur aviation embarquée.

4h30. A 220 miles au nord-ouest de Midway, les quatre porte-avions Akagi, Kaga, Hiryu et Soryu lancent 108 avions contre l'atoll: 36 bombardiers en piquée D3A1 Val, 36 bombardiers d'altitude B5N2 Kate et 36 chasseurs d'escorte A6M2 Zeke, sous le commandement du lieutenant Joichi Tomonoga. Au même moment, les croiseurs japonais lancent leur hydravion de reconnaissance. Le Tone, en raison de problème de catapulte, lance son éclaireur n°4 avec une demi-heure de retard.

5h22. Le PBY-5 Catalina du lieutenant Howard P. Ady découvre enfin l'escadre de Nagumo. Ady signale à Midway: "porte-avions ennemis".

5h30. Un autre PBY croise la route de la force d'attaque d'attaque de Tomonoga et en avertit Midway: "Nombreux avions ennemis se dirigeant vers Midway, cap 320 degrées, distance 150 miles".

5h34. Le contre-amiral Raymond Spruance reçoit de Midway le message initial de Ady, avec le nombre et la position des porte-avions de Nagumo.

5h37. Midway fait décoller tous ses bombardiers contre les porte-avions de Nagumo, sans escorte de protection. 18 B-17 Flying Fortress et 4 B-26 Marauder de l'USAAF, 6 TBF Avenger de l'US Navy, 11 SB2U Vindicator et 16 SBD Dauntless des Marines. Au total 55 avions. Les chasseurs du Squadron VMF-221 du major Floyd B. Parks, 20 F2B Buffalo et 7 F4F-4 Wildcat, destinés à intercepter la force d'attaque de Tomonoga, prennent l'air en dernier.

6h03. Nouveau message de Ady: "Deux porte-avions et des croiseurs. Distance 150 miles au nord-ouest de Midway, route au 135, vitesse 25 nœuds."

6h15. Les 27 chasseurs de la VMF-221 de Parks interceptent les bombardiers japonais de Tomonoga. Mais presque aussitôt, les Américains succombent l'un après l'autre sous la supériorité numérique et technique des chasseurs d'escorte japonais.

g701851

6h30. Début de l'attaque aérienne japonaise contre les deux ilots de l'atoll de Midway, Sand et Eastern. Les Japonais pulvérisent les installations navales et les réservoirs de carburant de Sand. Mais sur Eastern, ils laissent à peu près intact les pistes de l'aérodrome, une cible stratégique capitale.

6h35. 16 SBD Dauntless de reconnaissance décollent du Yorktown et du Hornet à la recherche des porte-avions de Nagumo, suivant les indications transmis par le message de Ady.

7h. Tomonoga demande par radio qu'un second raid soit préparé pour détruire l'aérodrome de Midway.

7h02 à 7h30. Les six bombardiers-torpilleurs TBF Avenger du Détachement 1 de l'escadron VT-8, commandés par le lieutenant Langdon K. Fieberling, et les quatre bombardiers moyens B-26 Marauder du capitaine James F. Collins (USAAF), sont les deux premières escadrilles à se présenter sur leur objectif. Mais face aux chasseurs de protection A6M2 Zeke, et sans la moindre escorte, ils n'ont aucune chance. Cinq Avenger et deux Marauder sont abattus, sans que les Américains portent le moindre coup aux porte-avions de Nagumo.

f022850

g11637

7h04. 121 avions décollent du Hornet et de l'Enterprise: 72 bombardiers en piqué SBD Dauntless, 20 chasseurs F4F Wildcat et 29 torpilleurs TBD Devastator.

Nagumo ignore toujours le nombre et la position exacte des porte-avions américains, et le péril mortel qu'ils constituent pour lui. Suite au message radio de Tomonoga, et pour pallier à toute nouvelle attaque aérienne venant de Midway, il fait retirer les torpilles de ses B5N Kate et les réarme avec des bombes classiques.

7h40. Un message de l'hydravion n°4 du croiseur Tone, qui a décollé avec une demi-heure de retard, transmet le message "dix navires ennemis signalés, position 10 degrés, distance 240 miles de Midway, cap 150 degrés, vitesse supérieure à 20 noeuds", sans aucune autre précision.

"Quel type de navires?" doit se demander Nagumo. Il s'agit en réalité du Yorktown et de son escorte de croiseurs et de destroyers. Les bombardiers-torpilleurs B5N2 Kate sont alors en cours de réarmement en bombes conventionnelles. Nagumo ordonne de tout arrêter immédiatement. Nouvel arrêt! Nouveau réarmement en torpilles! Nouvelle perte de temps...

7h55 à 8h20. Les autres escadrilles de bombardiers partis de Midway se présentent à leur tour contre les porte-avions de Nagumo. Dans l'ordre, les 18 B-17 Flying Fortress et les deux escadrilles de bombardiers en piquée des Marines, 11 SB2U Vindicator et 16 SBD Dauntless. Mais ils n'ont pas plus de chance que les deux premiers groupes: 7 Vindicator et 6 Dauntless sont abattus sans que les Américains aient porté le moindre coup. Le commandant du VMSB-241, le major Lofton R. Henderson, est tué au cours de cet engagement. En hommage, plusieurs mois plus tard, les Marines rebaptiseront l'aérodrome japonais conquis de Guadalcanal "Henderson Field".

Le bombardement en altitude des B-17 les protègent des chasseurs japonais, mais en raison de la couverture nuageuse, il ne donne aucun résultat positif. Ce groupe d'avions est le seul à s'en tirer sans dommages. Les Américains de Midway viennent de perdre 41 avions sans avoir porté le moindre coup sensible aux porte-avions japonais. Malheureusement pour eux, cette hécatombe n'est pas encore fini.

8h37-9h08. La force d'attaque de Tomonoga, de retour de Midway, se pose sur les porte-avions de Nagumo.

9h06. C'est au tour du Yorktown de lancer son aviation: 18 SBD Dauntless, 6 F4F Wildcat et 13 TBD Devastator.

9h08. Tous les avions de Tomonoga ont été récupéré. Nagumo s'apprête à lancer son attaque contre les porte-avions américains: 36 bombardiers en piquée D3A1 Val et 54 bombardiers-torpilleurs B5N Kate, désormais tous rééquipés avec des torpilles.

Les 35 bombardiers en piquée Dauntless du Hornet (VS-8 et VB-8), escortés par les 10 chasseurs Wildcat (VF-8), arrivent sur l'ancienne position de Nagumo donnée par le PBY de Ady, mais ne trouvant rien, obliquent vers le sud, dans la mauvaise direction, et n'auront aucune incidence sur le cours de la bataille durant cette journée. Le lieutenant-commander John C. Waldron, à la tête du squadron de torpilleurs VT-8, faisant confiance à ses instincts de Sioux, tourne pour sa part vers le nord.

Entre 9h28 et 10h, c'est le "Massacre des torpilleurs": les trois squadrons de TBD Devastator du Hornet, de l'Enterprise et du Yorktown vont se succéder sans résultat sur les porte-avions de Nagumo et subir une véritable hécatombe.

9h30. Les 15 torpilleurs VT-8 du Hornet, commandé par Waldron, arrivent les premiers, mais sans leur escorte, sur les porte-avions de Nagumo. Ils n'ont aucune chance d'y échapper. Les batteries de DCA et les chasseurs de protection japonais font un véritable "carton". Les quinze équipages de Waldron disparaissent en quelques minutes. Un seul aviateur américain, l'enseigne George Gay, accroché à son gilet de sauvetage au beau milieu de la flotte japonaise, survivra.


Arrivent ensuite, à 9h40, les 14 Devastator du lieutenant-commander Eugene E. Lindsey (VT-6), de l'Enterprise, protégés par les 10 F4F Wildcat du lieutenant James S. Gray (VF-6). Ils n'ont guère plus de succès que Waldron, 10 TBD sont abattus, 4 seulement peuvent lancer leur torpille. Le porte-avions visé, le Kaga, les esquive toutes.

Viennent enfin, à 10h, les 13 TBD du Yorktown (VT-3), commandés par le lieutenant-commander Lance E. Massey, protégés par 6 F4F Wildcat (VF-3) du lieutenant-commander John S. Thatch. Les 13 torpilleurs sont abattus par les chasseurs japonais. Cinq TBD seulement ont le temps de lancer leur torpille avant de succomber. Le porte-avions visé, le Hiryu, les évite toutes en manoeuvrant.

En une demi-heure, les Américains perdent ainsi 38 bombardiers-torpilleurs TBD Devastator et leurs équipages. Mais ce sacrifice n'aura pas été vain, car il va entraîner la défaite finale des Japonais. Car cela n'est pas fini! Il reste encore les bombardiers en piquée Dauntless. Ce sont eux qui vont finalement décider du sort de la bataille.

Comme nous l'avons vu, les 35 SBD (VB-8 et VS-8) du Hornet, commandés par les lieutenant-commanders Robert R. Johnson et Walter F. Rodee, et leurs 10 chasseurs d'escorte (VF-8) du lieutenant-commander Samuel G. Mitchell, ont tourné vers le sud et sont hors course. Par contre, les 18 SBD du Yorktown (VB-3) du lieutenant-commander Max Leslie, également partis sur une fause direction, rectifient leur course.

Enfin, les 37 SBD de l'Enterprise (VB-6 et VS-6), commandés par le lieutenant-commander Clarence W. "Wade" McClusky, bien qu'ayant manqué une première fois l'objectif vers 9h45, font demi-tour et reviennent sur leurs pas.


Retardée par toute la série d'attaques désastreuses des avions torpilleurs et les manoeuvres d'évitement des porte-avions qu'elles ont provoqué, la seconde vague japonaise attend impatiemment, parfaitement allignés sur les ponts pour le décollage.

9h47. McClusky repère un destroyer japonais et tourne au nord-est pour le suivre.

10h30. Les ponts d'envol japonais sont remplis d'avions prêts à décoller. Nagumo, après avoir esquivé les bombardiers-torpilleurs, américains, ordonne aux porte-avions de se regrouper et de se mettre sous le vent pour lancer ses avions.

Les 18 bombardiers en piquée de Leslie (VB-3), ayant corrigé leur navigation, virent vers le nord-ouest, et ont maintenant en vue deux porte-avions japonais: le Soryu et le Kaga. Celui-ci va s'acharner sur le Soryu.

Au même moment, les 37 Dauntless de l'Enterprise arrivent d'une autre direction. McClusky coordonne son attaque avec Leslie et choisit comme cibles l'Akagi et le Kaga. Le VB-3 de Leslie se concentre sur le Soryu.

Les chasseurs japonais, qui volent au niveau de la mer pour anéantir les bombardiers-torpilleurs américains, sont impuissants et incapables d'intervenir. En trois minutes, le Kaga est frappé par quatre bombes du VB-6 commandé par Richard Best. Toute sa longueur de pont est transformée en brasier. McClusky à la tête du VS-6, se concentre sur l'Akagi, qui encaisse plusieurs coups au but, et brûle de part en part. Le Soryu, pris pour cible par les SBD du VB-3 de Leslie, ne s'en sort pas mieux: une bombe traverse le pont et explosé dans les hangars, deux autres endommagent gravement le pont d'envol. Le feu atteint rapidement les munitions et les bombes précédement stockées dans les hangars, lors du réarmement ordonné par Nagumo.

g701869

10h35. Cinq minutes après le début de l'attaque américaine, trois des quatre porte-avions japonais sont la proie des flammes. Nagumo ne posséde plus que l'Hiryu, sous les ordres de l'amiral Tamon Yamaguchi.

11h. 6 chasseurs A6M2 Zeke et 18 bombardiers en piquée D3A1 Val décollent de l'Hiryu et se dirigent vers le Yorktown.

12h. Les chasseurs F4F Wildcat du Yorktown interceptent les bombardiers en piquée de l'Hiryu. Huit d'entre-eux passent au travers et six lâchent leurs bombes. Le Yorktown est touché par trois projectiles.

g32301

12h20. Le Yorktown en flammes est immobilisé, et on lutte contre les incendies. Au même moment, le Hiryu lance contre le porte-avions américain une seconde vague avec ses derniers avions: 12 torpilleurs B5N2 Kate et 6 chasseurs A6M2 Zeke.

13h40. Après avoir éteint ses incendies, le Yorktown navigue de nouveau à dix-huit noeuds. Les chaseurs américains tentent d'intercepter les bombardiers-torpilleurs Kate, mais les Zeke de protection les gênent. Quatre torpilles sont lancées et deux atteignent leur but. L'une bloque le gouvernail, l'autre coupe l'électricité. Le Yorktown prend une gîte de 17 degrés sur babord.

g17061

15h30. Raymond Spruance lance à partir de l'Enterprise et du Hornet une vague d'assaut contre l'Hiryu: 24 SBD Dauntless commandés par le lieutenant Wilmer E. Gallaher (VS-6).

16h30. les avions survivants de l'Hiryu ont été récupéré.

17h03. Les Dauntless de Gallaher arrivent sur leur objectif. Quatre bombes atteignent le pont et la passerelle de l'Hiryu.

g701885


2° Seconde journée: 5 juin 1942.

13h30. Le sous-marin japonais I-168 repère le Yorktown endommagé la veille et lance quatre torpilles. L'une d'elles coupe en deux le destroyer Hammann, et deux autres atteignent le porte-avions.

g32320

15h30. L'amiral Isoroku Yamamoto fait saborder l'épave de l'Akagi, dont l'équipage a été recueilli à temps par le croiseur léger Nagara.

18h. Pris sous le feu d'une troisième vague de bombardiers en piquée Dauntless de l'Enterprise (VB-6) dirigé par Richard Best, le Hiryu endommagé sombre à son tour.

19h. Le porte-avions Soryu, endommagé, coule en entrainant avec lui son commandant, le capitaine Takashige Egusa, et 728 hommes d'équipage resté à bord.

19h25. Le porte-avions Kaga, endommagé, est atteint par les B-17 Flying Fortress de Midway et sombre à son tour.


3° Troisième journée: 6 juin 1942.

2h15. Les croiseurs lourds Mogami et Mikuma entrent en collision.

3h. L'amiral Isoroku Yamamoto donne l'ordre de repli général.


Bilan de la bataille de Midway (7 juin 1942).

Le 7 juin 1942, peu après 6h, le Yorktown, touché les 4 et 5 juin, dur à cuire et vétéran de la Mer de Corail, finit par chavirer et s'enfonce dans les flots.

i06011

Le Mogami et le Mikuma réussissent à s'éloigner malgré les dégâts subis dans leur collision. Des Dauntless localisent le Mikuma et l'envoient par le fond.


Les porte-avions américains rompent le contact avec la flotte japonaise et s'éloignent à leur tour de Midway. Ainsi s'achève une des bataille navales les plus importantes de la guerre du Pacifique.

Les Japonais ont perdu leurs quatre porte-avions lourds Akagi, Kaga, Hiryu et Soryu, le croiseur lourd Mikuma, 248 avions et 3,057 tués. Il ont surtout perdu un pourcentage très élevé de pilotes entraînés et expérimentés, qui avaient leurs classes et combattu en Chine et en Mandchourie.


De leur côté, les Américains ont perdu le porte-avions Yorktown, le destroyer Hamman, 150 avions et 307 hommes. Ils peuvent s'énorgueillir de leur victoire: Midway marque l'arrêt définitif de l'expansion japonaise dans le Pacifique.


Bataille de Midway au cinéma.

1° Documentaire de John Ford (1942).

En septembre 1942, le réalisateur John Ford, qui était présent sur l'atoll de Midway au moment de l'attaque japonaise et y a été blessé, produit un film documentaire de propagande en couleur grâce à de la pellicule Kodachrome.



2° Film "La Bataille de Midway" (1976).

En 1976, dans les salles de cinéma américaines, sort un des premier films en technicolor, "La Bataille de Midway", produit par Walther Mirisch, avec une pléiade d'acteurs et des superstars de renommée internationale: Robert Mitchum, Charlton Heston, Henry Fonda, James Coburn, Glen Ford, Tishiro Mifume, James Shigeta, Pat Morita, etc.

Le film souffre cependant des personnages de fiction (qui cotoient les personnages historique existants) et de scènes d'archives anachronique avec l'époque (juin 1942), d'apparitions de type d'avions qui ne sont pas encore opérationnels sur porte-avions: F6F Hellcat, F4U Corsair, SB2C Helldiver ou TBF Avenger. Malgré cela, il reste assez fidèle et relate bien l'enchainement et la chronologie des évenements.

Photo ci-dessous: des figurants (dont l'acteur Eric Estrada) représentant les aviateurs du squadron de chasse VF-3 du Yorktown, posent en groupe avec le véritable lieutenant-commandeur John S. Tatch (interprété dans le film par Philip R. Allen) devant un FM-2 Wildcat sur le pont du porte-avion Lexington II, à cette époque transformé en musée.


Scènes vidéos tirés du film:







Série documentaire "Grandes Batailles de la Seconde Guerre mondiale"
(Henri de Turenne et Daniel Costelle) - Vidéo Youtube.


"Les Grandes Batailles" est une série d'émissions télévisées historiques de Daniel Costelle, Jean-Louis Guillaud et Henri de Turenne diffusée à la télévision française dans les années 1960 et 1970, qui décrit les principales batailles de la Seconde Guerre mondiale ainsi que le procès de Nuremberg. Les émissions donnent la parole aux officiers ayant participé à ces batailles ainsi qu'à des historiens. Ces interventions alternent avec des extraits de reportages. Les commentaires sont d'Henri de Turenne.


Bataille du Pacifique - 1ère Partie: "Banzai!" (1941-1942).

7 décembre 1941. L'agression japonaise contre la base aéronavale américaine de Pearl Harbor entraîne les Etats-Unis dans une bataille à mort sur le plus vaste théâtre d’opérations de l'histoire. Avide de conquêtes et de matières premières, le Japon instaure sa domination sur l'Asie, jusqu'à la victoire américaine de Midway du printemps 1942, qui sonne l'heure du reflux. Les archives des forces alliées et japonaises restituent l'irrésistible ascension japonaise et cet affrontement aéronaval spectaculaire. Ce documentaire montre chaque étape de la bataille du Pacifique: de la sauvagerie des combats sur les plages et dans la jungle des îles du Pacifique à l'apocalypse nucléaire qui s'abat sur le Japon en août 1945.













Article modifié le 4 juin 2015.


Sources principales.

Battle of Midway (Wikipedia.org)
Midway Order of battle (Wikipedia.org)
Battle of Midway (US Navy Naval Historical Center)

No comments: