18 avril 1942 - Japon: raid spectaculaire de James Doolittle sur Tokyo

Le 18 avril 1942, à 8h20, le premier des seize bombardiers moyens B-25B Mitchell du 17th Bomb Group de l'US Army Air Force, commandés par le lieutenant-colonel James H. "Jimmy" Doolittle, "s'arrache" littéralement du pont du Hornet, à 1,200 kilomètres de la métropole japonaise. L'objectif est de bombarder Tokyo et les deux villes voisines de Yokohama et Nagoya, puis de se poser en Chine. Sur les 80 aviateurs américains engagés dans l'opération, 11 sont tués ou capturés. Treize équipages sont récupérés par les Chinois nationalistes de Chang Kai-Chek, deux tombent aux mains des Japonais, et le dernier se pose à Vladivostok, en Union Soviétique, où il sera interné jusqu'en mai 1943.

Si le raid américain, du point de vue stratégique, ne cause que des dommages dérisoires, en revanche la réputation d'invulnérabilité du Japon vient de voler en éclats. Pour Tokyo, c'est l'humiliation. Du côté américain, en revanche, après cinq mois de défaites dans le Pacifique et en Extrême-Orient, même si tous les avions ont été perdus et si les dommages causés sont dérisoires, la mission a un effet explosif sur le moral.



Chacun des B-25B Mitchell est équipé de quatre bombes de 250kg. Pour augmenter leur rayon d'action et leur chance de survie, les équipages ont allégé leur bombardier au maximum: ils ont démonté les plaques de blindage, les équipements radio, les deux mitrailleuses de 12.7mm de la tourelle de queue et les ont remplacé par de simples manches de balais en bois, de manière à leurrer les chasseurs japonais éventuels attaquant par l'arrière. Ils ont également enlevé la tourelle ventrale escamotable pour la remplacer par un réservoir auxilaire de carburant. Les B-25 ne transportent en outre que la moitié de leur charge offensive habituelle, la place libérée dans la soute servant à transporter du carburant supplémentaire.



Préparation du raid.

L'idée même de faire décoller des bombardiers de l'USAAF à partir de porte-avions nait dans l'esprit du capitaine de corvette de l'US Navy Francis S. Low. Le lieutenant-colonel James H. "Jimmy" Doolittle, un célèbre pilote qui a établit une série de records pendant les années vingt et trentes, séduit par l'idée de Low, commence à planifier le raid à partir de janvier 1942. Pour son projet, il choisit le bombardier moyen B-25B Mitchell et écarte d'autres modèles de bombardiers moyens bimoteurs, comme le B-26 Marauder, jugés trop inadaptés au service sur porte-avions.

Un premier test réussi a lieu le 2 février, lorsque trois B-25 décollent du pont du porte-avions USS Hornet au large de Norfolk, en Virginie. La mission est alors approuvé par le Pentagone. C'est le 17th Bomb Group [Medium], la première unité à avoir pris en compte le nouveau bombardier moyen construit par North American, et basé à Pendleton, dans l'Oregon, qui est désigné pour la mener à bien.

Le 9 février 1942, vingt-quatre équipages du 17th BG déménagent sur l'aérodrome de Lexington County, près de Columbia, en Virginie, et commencent leur entraînement spécial. Ceux-ci doivent apprendre à décoller sur un pont de 125m, au lieu des 650m minimum nécessaire sur un aérodrome terrestre, avec un poid maximum au décollage standard.

g41190 - Copie

Les équipages réceptionnent leur bombardier sur la base de Minneapolis Field, et commencent à les modifier, sur Eglin Field, en Floride, à partir du 1er mars 1942. Ils les allègent au maximum en retirant la tourelle ventrale escamotable, les mitrailleuses de queue, le nouveau viseur Norden, les équipements radios, les plaques de blindages. Ils installent également des réservoirs de carburant supplémentaires dans la soute à bombes et à la place de la tourelle ventrale, de cette manière ils ne pourront transporter chacun que quatre bombes de 250kg, soit la moitié de leur charge offensive standard.

Le 25 mars 1942, 22 B-25 sont prêts et décollent d'Eglin Field vers McClellan Fied, en Californie. Une semaine plus tard, seize B-25 sont désignés pour participer au raid et sont transférés à Alameda, à San Francisco, pour être embarqués à bord du porte-avions Hornet.

h53425


Exécution de la mission: "Trente secondes sur Tokyo".

Le 2 avril 1942, le Hornet, commandé par le capitaine Marc A. Mitscher, formant avec son escorte le Task Group TG.16.2, appareille d'Alameda, dans la baie de San Francisco. L'USS Enterprise, commandé par le capitaine George Murray, du Task Group TG.16.1, appareille le 7 avril de Pearl Harbor et est chargé de la couverture aérienne. Il rejoint l'USS Hornet le 12 avril 1942 au large des côtes du Japon.

h53421

Les deux porte-avions regroupés et leur escorte, composée des quatre croiseurs légers Vincennes, Nashville, Northampton et Salt Lake City, des huit destroyers Gwin, Meredith, Monssen, Grayson, Benham, Balsh, Ellet et Fanning, et enfin des deux pétroliers Sabine et Cimarron, sont désormais commandé par le contre-amiral William F. "Bull" Halsey.

Les bombardiers de l'USAAF doivent normallement décoller à 850km des côtes japonaises, le 19 avril 1942. Mais la veille, le 18 avril, l'escadre américaine croise en route des navires de pêche japonais. Les navires d'escorte les coulent, mais la surprise n'étant plus garantie et craignant une riposte ennemie, le capitaine Marc Mitscher les fait décoller à 1,200 kilomètres du Japon. Le premier B-25B, le Serial Number 40-2344 piloté par Doolittle, s'"arrache" littéralement, à la limite de la perte de vitesse, du pont du Hornet à 8h20.

g41194 - Copie

Lors du décollage du dernier avion, celui du lieutenant William Farrow, un marin glisse sur le pont mouillé et se fait sectionner un bras par le moteur gauche du B-25. Ce qui occasionne un retard d'une quart d'heure. Farrow s'arrache du pont du Hornet 59 minutes après Doolittle. Les bombardiers américains arrivent sur leur objectif à partir de 12h15. Ils larguent leurs bombes sur des objectifs industriels, égratignent les localités de Tokyo, Yokohama et Nagoya, puis poursuivent leur vol en direction de la Chine continentale, en survolant la mer du Japon. Le raid fait 50 morts et 200 blessés parmi la population japonaise.



Ordre de mission des équipages:

Objectif Tokyo: 10 B-25B.

  • "40-2344". Lieutenant-colonel James Doolittle. 34th BS.
  • "40-2292". Lieutenant Travis Hoover. 37th BS.
  • "40-2270". Lieutenant Robert L. Gray. 95th BS.
  • "40-2282". Lieutenant Everett W. Holstrom. 95th BS.
  • "40-2283". Capitaine Davis M. Jones. 95th BS.
  • "40-2298". Lieutenant Dean E. Hallmark. 95th BS.
  • "40-2261". Lieutenant Ted W. Lawson. 95th BS.
  • "40-2242". Lieutenant Edward J. York. 95th BS.
  • "40-2303". Lieutenant Harold F. Watson. 34th BS.
  • "40-2250". Lieutenant Richard O. Joyce. 89th BS.

Photo ci-dessous: le "2344" de Doolittle restauré en 2006.


Objectif: Yokohama. 3 B-25B.

  • "40-2249". Capitaine Ross C. Greening. 34th BS.
  • "40-2278". Lieutenant William M. Bower. 37th BS.
  • "40-2247". Lieutenant Edgar E. McElroy. 37th BS.

Objectif: Nagoya. 3 B-25B.

  • "40-2297". Lieutenant John A. Hilger. 89th BS.
  • "40-2267". Lieutenant Donald G. Smith. 89th BS.
  • "40-2268". Lieutenant William G. Farrow. 34th BS.


Conséquences du raid de Doolittle.

La situation météorologique défavorable et le manque de carburant obligent les équipages à atterrir un peu n'importe où et n'importe comment, ou à sauter en parachutes. L'avion du lieutenant Edwark J. York se pose en Union Soviétique, dans la région de Vladivostok. Lui et son équipage seront internés par les Soviétiques jusqu'au 23 mai 1943. Trois B-25B se posent en catastrophe en Chine, dans la province du Chekiang.


Les autres équipages, à court de carburant, se voient contraint de sauter en parachutes. Tous les équipages, sauf deux, sont recueillis par les Chinois. Sur les septante hommes d'équipage, un seul, le caporal Leland D. Faktor, un mitrailleur de l'équipage du Lieutenant Robert L. Gray, se tue lors de son saut.

Dix Américains manquent à l'appel. Deux d'entre-eux, les sergents Donald E. Fitzmaurice (mitrailleur) et Robert J. Dieter (bombardier), sont tués lors du crash de leur avion. Les huit autres sont capturés par les Japonais.

Les Japonais, pour mettre la mains sur les aviateurs américains, organiseront de formidables opérations de recherches et de ratissages, au cours desquelles ils se vengent impitoyablement et massacrent environ 250,000 civils chinois.

Emprisonnés dans des conditions innhumaines, atteints de beri-beri et de dysenterie, trois Américains capturés seront jugés à Shangai le 28 août 1942 pour "crime de guerre", et condamnés à mort le 14 octobre 1942. Les lieutenants Dean E. Hallmark, William G. Farrow, et le sergent mitrailleur Harold A. Spatz, seront fusillés le 15 octobre 1942 à 16h30, à l'extérieur de Shangai. Un quatrième captif, le lieutenant Robert J. Meder, le copilote de Hallmark, succombera aux mauvais traitements et aux tortures de ses geoliers, le 1er décembre 1943.

Les quatre derniers, les lieutenants Chase J. Nielsen, Rober L. Hite, George Barr, et le caporal Jacob D. DeShazer, souffrant de maladies diverses et de malnutrition, ne pesant plus qu'une quarantaine de kg, seront libérés par les Alliés en août 1945.

Une fois les B-25B décollés, la Task Force TF16 fait demi-tour et repart sans être inquiétés. Le raid aérien, au point de vue stratégique, n'a causé que des dommages dérisoires et insignifiants. En revanche, au point de vue psychologique, tant du côté américain que japonais, il a eu un effet considérable.

La réputation d'invulnérabilité et d'invincibilité du Japon vient de voler en éclats. Pour Tokyo, c'est l'humiliation. Pour "laver cet affront", l'amiral Isoroku Yamamoto organisera une "expédition punitive", une opération aéronavale contre l'atoll de Midway, dans le but d'attirer les porte-avions américains et les détruire.

Le général, à la retraite, James H. "Jimmy" Doolittle est décédé le 27 septembre 1993, et a été inhumé au cimetierre militaire national d'Arlington.

Scène du raid Doolittle, tirés du film Pearl Harbor (2001).



Série documentaire "Grandes Batailles de la Seconde Guerre mondiale"
(Henri de Turenne et Daniel Costelle) - Vidéo Youtube.


"Les Grandes Batailles" est une série d'émissions télévisées historiques de Daniel Costelle, Jean-Louis Guillaud et Henri de Turenne diffusée à la télévision française dans les années 1960 et 1970, qui décrit les principales batailles de la Seconde Guerre mondiale ainsi que le procès de Nuremberg. Les émissions donnent la parole aux officiers ayant participé à ces batailles ainsi qu'à des historiens. Ces interventions alternent avec des extraits de reportages. Les commentaires sont d'Henri de Turenne.


Bataille du Pacifique - 1ère Partie: "Banzai!" (1941-1942).

7 décembre 1941. L'agression japonaise contre la base aéronavale américaine de Pearl Harbor entraîne les Etats-Unis dans une bataille à mort sur le plus vaste théâtre d’opérations de l'histoire. Avide de conquêtes et de matières premières, le Japon instaure sa domination sur l'Asie, jusqu'à la victoire américaine de Midway du printemps 1942, qui sonne l'heure du reflux. Les archives des forces alliées et japonaises restituent l'irrésistible ascension japonaise et cet affrontement aéronaval spectaculaire. Ce documentaire montre chaque étape de la bataille du Pacifique: de la sauvagerie des combats sur les plages et dans la jungle des îles du Pacifique à l'apocalypse nucléaire qui s'abat sur le Japon en août 1945.














Article modifié le 28 mars 2015.


Sources principales:
Doolittle Raid (Wikipedia.org)
Doolittle Raid on Japan, 18 april 1942 (US Naval Historical Center)

No comments: