19 février - 26 mars 1945 - Opération Detachment: l'enfer d'Iwo Jima

Pacifique Central. Iles Bonin. Iwo Jima. Opération Detachment. A 9h, après une ultime préparation d'artillerie navale et aérienne de la Task Force TF58 du vice-amiral Marc Mitscher et des bombardiers lourds de la 7th Air Force, la Task Force TF51 entame la conquête de l'île japonaise, puissament fortifiée et réputée imprenable. L'une des plus terrifiantes et coûteuses batailles de l'histoire du Corps des Marines américain commence...



19 février - 26 mars 1945 - Opération Detachment: défenses japonaises et assaut américain.

Iwo Jima (Kazan Retto) est une petite île japonaise d'environ 19km², une des trois îles du groupe des "Volcano Islands", qui font partie eux-mêmes d'un ensemble encore plus large: les îles Bonin, ou "Ogasawara Islands". Pour les Américains, Iwo Jima revet une importance stratégique capitale: les aérodromes de l'île, située à mi-chemin du Japon et des îles Mariannes, pourront servir pour les chasseurs d'escorte P-51K Mustang de la 7th Air Force, et éventuellement de terrain d'atterrissage d'urgence pour les B-29 Superfortress de la 20th Air Force endommagés ou à court de carburant.


L'opération Detachment est confiée au V Corps amphibie, commandé par le général Harry Schmidt, composé des les 3ème, 4ème et 5ème Divisions de Marines. Avec un effectif total de 70,000 hommes. Les 4ème [droite] et 5ème Divisions [gauche] débarquent au sud de l'île, entre East Boat Basin et le mont Suribachi.

La 3ème Division de Marines (9ème et 21ème Régiments) est tenue en réserve.

Plages de débarquement désignées:
  • 4ème Division de Marines (23ème, 24ème et 25ème Régiments): Yellow 1, Yellow 2, Blue 1 et Blue 2.
  • 5ème Division de Marines (26ème, 27ème et 28ème Régiments): Green, Red 1 et Red 2.

Ordre de bataille américain à Iwo Jima (en anglais).

Le commandement de la 5ème Flotte est assuré par l'amiral Raymond Spruance, sur le croiseur lourd Indianapolis. Les opérations amphibies et de débarquement sont sous l'autorité du vice-amiral Richmond K. "Terrible" Turner, commandant de la TF51.

L'ensemble des opérations terrestres sont dirigées sur place par le général Holland M. Smith.

Si, dans un premier temps, la résistance japonaise est modérée, elle devient rapidement terrible dès que les Marines s'enfoncent à l'intérieur des terres.





Les pertes américaines deviennent catastrophiques, en particulier sur le flanc droit du dispositif, devant le périmètre de l'aérodrome n°1. Sur le flanc gauche, des détachements de Marines tentent d'avancer vers le sud en direction du mont Suribachi. A peine débarqué, les chars amphibies et l'artillerie doivent entrer en action.

Les troupes américaines débarquées se monteront dans la soirée à 35,000 hommes.

Les principaux responsables américains de la Bataille d'Iwo Jima. 1° Général Holland M. Smith, commandant en chef de l'USMC dans le Pacifique. 2° Général Harry Schmidt, commandant du Vème Corps amphibie. 3° Amiral Raymond Spruance, commandant de la 5ème Flotte. 4° Vice-amiral Marc Mitscher, commandant de la Task Force TF58. 5° Vice-amiral Richmond K. Turner, commandant de la Task Force TF51.


Leur font face, parfaitement protégés dans des cavernes fortifiées, reliées entre-elles par un réseau incroyablement complexe de galeries et de grottes, une véritable "termitière". 21,060 Japonais, dont 7,500 de la marine impériale ou de l'aviation, entraînés aux combats terrestres à la hâte. Les unités japonaises comprennent les 109ème Division d'infanterie, 2ème Brigade mixte venue de Mandchourie, 145ème Régiment mixte autonome, un régiment de chars, trois bataillons de mortiers et cinq bataillons d'artillerie antichars. Les troupes de la marine japonaise sont placées sous le commandement du contre-amiral Toshinosuke Ichimaru, et la garnison dans son ensemble est commandée par le lieutenant-général de l'armée Tadamichi Kuribayashi.

Ci-dessous: les principaux chefs japonais lors de la Bataille d'Iwo Jima. 1° Lieutenant-général Tadamichi Kuribayashi, commandant de la garnison japonaise de l'île. 2° Colonel Baron Takeichi Nishi, commandant du 26ème Régiment de chars de la 109ème Division.


Les îles Bonins sont situés à 1,200km au sud de Tokyo, à mi-chemin entre l'archipel des Mariannes et le Japon.

Elles sont en fait constitué de quatre sous-groupes d'îles d'origine volcaniques: Muko Jima, Chichi Jima, Haha Jima et Volcano. Iwo Jima fait partie des îles Volcano, et ne couvre que 19km². Elle possède deux aérodromes en service, un troisième est en construction.

Le Mont Suribachi, un volcan éteint, culmine à 166m d'altitude, à l'extremité sud-ouest de l'île.


Au nord, un plateau de 90m d'altitude en moyenne, le haut-plateau de Motoyama. La végétation de l'île est quasi nulle et le terrain volcanique, avec son sable noir, donne à l'île un aspect lunaire et n'offre pas beaucoup de couvert ou de protection aux attaquants.

Pourquoi les Américains se sont-ils décidés à l'envahir?

Raison psychologique: La perte de cette petite île volcanique à 1,200km au sud de Tokyo aura une énorme influence sur le moral des Japonais, ce qui du coup permettra aux Américains de diviser par deux la distance entre les îles Mariannes et la métropole japonaise.

Raison stratégique: d'Iwo Jima opère l'aviation japonaise qui harcèle la flotte américaine et les B-29 Superfortress en route vers le Japon. La capture des aérodromes obligerait Tokyo à replier leurs bases opérationnelles sur Okinawa, au Japon ou aux Philippines. De plus, l'île pourra servir elle-même à l'aviation de chasse qui escorte les B-29 qui décollent de Tinian, Saipan et Guam, dans les Mariannes, vers le Japon. Ce qui représentent pour les équipages américains 4,500km aller-retour et plus de 12 heures de vol. En cas de problèmes technique éventuelle, ceux-ci pourront y faire également escale, sur la longue route qu'ils doivent emprunter pour leur mission contre le Japon.

Au large, le navire de commandement Estes et le croiseur lourd Chester, ainsi que le croiseur lourd Indianapolis, navire-amiral de Spruance, avec le navire de transport de munitions Shasta, enfin le navire cargo d'attaque Starr et le croiseur lourd Salt Lake City, sont victimes de collisions. Le destroyer John W. Weeks est touché par des batteries côtières japonaises. Et le navire-hopital Samaritan est atteint accidentellement par des tirs amis.



Prise du Mont Suribashi (20-23 février 1945).

Le 20 février 1945 (Jour J+1), les 4ème et 5ème Divisions de Marines, appuyées par le feu des unités navales, de l'artillerie, des blindés débarqués et de lance-flammes, élargissent péniblement leur tête de pont de la veille, au prix de très lourdes pertes humaines. La 4ème Division de Marines s'empare de l'aérodrome n°1.


Le 28ème Régiment de la 5ème Division, après avoir repoussé la première nuit une attaque banzaï, avance lentement vers le mont Suribachi. La nature volcanique du terrain n'offre guère d'abris, et l'artillerie japonaise arrose les positions américaines depuis le sommet du volcan, transformé en forteresse, provoquant de très lourdes pertes et d'énormes dégâts matériels parmi les Américains.

Les pertes américaines en blindés sont estimées à 30% des effectifs, en deux jours de combats ininterrompus. Harry Schmidt, le commandant du V Corps amphibie, fait débarquer la 3ème Division de Marines, jusqu'alors tenue en réserve. Au large, le croiseur léger Biloxi est endommagés par des tirs amis. Le destroyer Bradford s'échoue sur des récifs. Les navires de transport d'assaut Napa et Logan sont endommagés dans une collision. Et les navires de débarquement LSM-216 et LST-779 sont atteints par des batteries côtières japonaises.

Dans la nuit du 20 au 21 février 1945, 7 B-24 Liberator de la 7th Air Force bombardent la ville et l'aérodrome d'Okimura, sur l'île japonaise voisine de Haha Jima.

Le 21 février 1945 (Jour J+2), à l'aube, le 21ème Régiment de la 3ème Division de Marines commence à débarquer sur Yellow Beach.

Conquete du mont Suribashi. A 8h, débute la préparation d'artillerie navale, aérienne et terrestre américaine. A 8h45, le 28ème Régiment de Marines donne l'assaut au volcan, défendu par 900 hommes du 312ème Régiment de la 109ème Division japonaise, commandés par le colonel Kanehiko Atsuchi. L'avance est extrêmement lente et meurtrière. A la fin de la journée, les Américains auront perdu la moitié de leurs blindés. Dans la soirée, un groupe de Marines atteint la pente nord du volcan.


Le reste de la 5ème Division et les 3ème et 4ème Divisions avancent péniblement vers le nord avec, pour objectif principal, l'aérodrome n°2, défendu par le 145ème Régiment mixte du colonel Masuo Ikeda. En trois jours de combats ininterrompus, les 4ème et 5ème Divisions de Marines enregistrent déjà la perte de 4754 tués et blessés.

Au large, première sortie des kamikazes depuis le début de la bataille, partis d'Okinawa ou de la métropole japonaise. Un G2M Betty atteint et coule le porte-avions d'escorte Bismarck Sea. D'autres kamikazes atteignent le porte-avions d'escadre Saratoga, le porte-avions d'escorte Lunga Point, le transport de troupes Keokuk et les trois navires de débarquement LST-390, LST-477 et LST-809. Le porte-avions d'escadre léger Langley est endommagé par des bombardiers d'altitude Betty opérant depuis Okinawa. Le destroyer Williamson est victime d'une collision avec le pétrolier Suamico. Le destroyer Bradford avec le LST-812.

Dans la nuit du 21 au 22 février 1945, les Japonais qui occupent les hauteurs du volcan lancent de nouvelles attaques suicides et réaliseront quelques infiltrations dans les lignes américaines.

Le 22 février 1945 (Jour J+3), les combats sont toujours âpres et sanglants. Les Marines, vu l'inutilité de leurs blindés et des lance-flammes, font maintenant systématiquement sauter à la dynamite tous les rochers et les infractuosités qu'ils rencontrent.

Au sud du dispositif américain, le 28ème Régiment de la 5ème Division de Marines encercle le Mont Suribachi. Les Marines anéantissent les positions japonaises tout autour de la base du volcan, et commencent péniblement à gravir les pentes.


Au nord, de gauche à droite, Les 5ème, 3ème et 4ème Divisions de Marines progressent très lentement vers le coeur de l'île, en direction de l'aérodrome n°2.

Elles sont sans cesse harcelées par le feu croisé et mortellement efficace de l'artillerie japonaise, camouflée sur les hauteurs qui surplombent l'aérodrome: l'Amphitheatre, la Crête du Dindon (Turkey Knob) et les collines 382 et 362A.

Au large, le destroyer d'escorte Melvin R. Nawman est victime d'une collision avec le LST-807.

Dans la soirée, le 21ème Régiment de la 3ème Division atteint l'extrêmité sud de l'aérodrome. Les charges banzai habituelles des Japonais reprennent dans la nuit du 22 au 23 février 1945.

Le 23 février 1945 (Jour J+4), les combats des 3ème, 4ème et 5ème Divisions de Marines se poursuivent dans la zone de l'aérodrome n°2, au centre de l'île, sur le plateau de Motoyama.

A l'extrêmité sud de l'île, le 28ème Régiment de Marines, déjà fort malmené et qui encercle le Mont Suribachi, progresse à peine face aux solides positions défensives des Japonais au pied du volcan.

A 10h20, une unité du 28ème Régiment de Marines, commandée par le lieutenant Harold "Hal" Schrier, parvient à atteindre le sommet et à y dresser un drapeau américain. Episode qu'immortalisera dans le monde entier une célèbre photographie du reporter Joe Rosenthal, de l'Associated Press. (1)



Amphitheatre et Hachoir à Viande (24 février - 3 mars 1945).

Le 24 février 1945 (Jour J+5), sur le Mont Suribashi, bien que les Américains contrôlent maintenant le sommet, des combats acharnés au corp-à-corps entre le 28ème Régiment de Marines et les survivants du 312ème Régiment japonais se poursuivent toute la journée sur les pentes du volcan.

Au nord de la tête de pont, le 21ème Régiment de la 3ème Division, sur le flanc gauche, et le 24ème Régiment de la 4ème Division, sur le flanc droit, affrontent le 145ème Régiment mixte japonais sur l'aérodrome n°2. Les mines et les pièces antichars japonaises, habilement camouflés, autour des pistes, provoquent des pertes sérieuses dans les rangs américains. Les Marines atteignent les positions qu'ils auraient dû occuper à la fin du premier jour.

Au large, une tempête endommage le destroyer Moale, le dragueur de mines rapide Howard, les navires de débarquement LSM-202 et LSM-241. Les destroyers Heywood L. Edwards et Bryant sont victimes d'une collision. Le navire de débarquement LST-792 est atteint par des batteries côtières japonaises.


Le 25 février 1945 (Jour J+6), les 5ème, 3ème et 4ème Divisions de Marines conquièrent mètre par mètre la majeue partie de l'aérodrome n°2, malgré la résistance suicidaire et désespérée des Japonais postés sur la cote 382, l'Amphitheatre et la Crête du Dindon (Turkey Knobb). Les combats sont si féroces que les Américains surnomment cette zone Le Hachoir à Viande (The Chopper). 20 chars Sherman sur les 26 engagés sont détruits lors des combats dans la nuits du 25 au 26 février 1945, par l'artillerie antichars japonaise.

Dans le secteur du 28ème Régiment de Marines, à l'extrêmité sud de l'île, le Mont Suribachi est officiellement déclaré conquis par le commandement américain. 2,000 "Seebees", des troupes du génie civil employées par l'armée, s'activent pour remettre l'aérodrome n°1 en état, destiné à recevoir les bombardiers géants B-29 Superfortress en route vers le Japon.

Au large, la tempête qui s'est levée la veille causent de nouveaux dégâts au sein de la 5ème Flotte. Les navires de débarquement LST-121, LST-370, LST-928, LST-764, LST-713, LSM-140, les navires de transport d'assaut La Fayette et President Adams sont victimes d'une série de collisions. Le porte-hydravions Hamlin est atteint par des tirs amis.

Le 26 février 1945 (Jour J+7), l'avance des Marines, malgré l'appui continu de l'artillerie terrestre, de l'aviation et de la marine, est dérisoire. La résistance suicidaire des Japonais demeure toujours très acharnée sur le plateau de Motoyama.


Sur le flanc gauche du dispositif américain, la 5ème Division concentre ses efforts pour atteindre la colline 362A.

Au centre, les 21ème et 23ème Régiment de la 3ème Division se battent toujours férocement pour conquérir la partie nord de l'aérodrome n°2.

Sur le flanc droit, le 25ème Régiment de la 4ème Division et le 9ème Régiment de la 3ème Division atteignent les trois hauteurs dominant à l'est de l'aérodrome n°2, l'Amphitheatre, la colline 382 et la Crète du Dindon. Mais ils sont presque immédiatement refoulés par une contre-attaque japonaise.


La violente tempete qui sévit au large depuis deux jours endommage le croiseur lourd San Francisco et les destroyers Colahan, Benham, Halsey Powell, John W. Weeks, Stephen Potter et Preston. Le croiseur lourd Salt Lake City est victime d'une collision avec le navire cargo Mulliphen. Le croiseur léger Pasadena, le destroyer Porterfield et les navires de débarquement LST-760 et LST-884 sont atteints par des tirs de batteries côtières japonaises.

Le 27 février 1945 (Jour J+8), au centre du dispositif américain, le 9ème Régiment de la 3ème Division de Marine conquiert la partie nord de l'aérodrome n°2. Celui est déclaré officiellement conquis dans la soirée.

A droite, dans Le Hachoir à Viande, de violents combats au corps-à-corps reprennent entre les Japonais et la 4ème Division de Marines sur les trois hauteurs dominant à l'est de l'aérodrome n°2: l'Amphitheatre, la Crête du Dindon et la colline 362.


A l'aide de tanks-bulldozers, chars lance-flammes et charges creuses, les Marines éliminent un par un les blockaus, les points fortifiés et les nids de mitrailleuses japonais.

Cependant, leurs efforts demeurent vains en raison des furieuses contre-attaques japonaises, qui les repoussent à chaque fois sur leurs positions de départ. En effet, cette zone se trouve être le QG et le centre de communication du général Tadamichi Kuribayashi.

A gauche, la 5ème Division de Marine progresse péniblement vers la cote 362A et le village de Nishi.

Le 28 février 1945 (Jour J+9), dans la zone d'opération de la 3ème Division de Marines, les 9ème et 21ème Régiments affrontent le 26ème Régiment de chars japonais pendant toute la journée. Le 21ème Régiment capture le village de Motoyama, sur le plateau du même nom, et s'empare des hauteurs dominant l'aérodrome n°3, plus au nord, en construction.

Dans la zone de la 4ème Division de Marines, les accrochages et les corps-à-corps du 25ème Régiment deviennent de plus en plus acharnés dans Le Hachoir à Viande, sur les hauteurs dominantes à l'est de l'aérodrome n°2.

Sur sa gauche, le 27ème Régiment de la 5ème Division de Marines butte sur les bunkers et les défenses antichars japonaises au pied de la colline 362A. Au cours de cette journée, les Marines n'auront progressé que de 90 mètres au maximum.

A l'extrêmité sud de l'île, le 28ème Régiment de Marines poursuit le nettoyage des derniers foyers de résistance japonais sur le mont Suribachi.

Au large, des kamikazes endommagent le destroyer Bennett. Le destroyer Terry et le navire de débarqument LSM-42 sont atteints par l'artillerie côtière japonaise.

Le 1er mars 1945 (Jour J+10), sur le flanc droit du dispositif américain, dans Le Hachoir à Viande, le 25ème Régiment de la 4ème Division de Marine, appuyé par des chars Sherman lance-flammes, s'empare de la Crête du Dindon, l'une des trois hauteurs qui dominent à l'est de l'aérodrome n°2.

Le 24ème Régiment de cette division, qui remplace le 23ème Régiment, livre de sanglants combats toute la journée au pied de la colline 382, où les Japonais commencent à donner des signes de faiblesse.

Au centre, la 3ème Division de Marines progresse à l'est du village de Motoyama, mais se retrouve bloquée 900m plus loin. Le 21ème Régiment arrive aux abords sud de l'aérodrome n°3, avant d'être stoppé par une très vive résistance japonaise.

Le 28ème Régiment de la 5ème Division de Marines est redéployé sur le flanc gauche du dispositif américain. Il donne l'assaut à la colline 362A et parvient à 100m au sud du village de Nishi.

Au large d'Iwo Jima, les destroyers Terry et Colhoun sont atteints par les tirs des batteries côtières japonaises.

Le 2 mars 1945 (Jour J+11), à gauche du dispositif américain, les 26ème et 28ème Régiments de la 5ème Division de Marines poursuivent leurs assauts contre Nishi et la colline 362A.

A droite, dans Le Hachoir à Viande, la 4ème Division de Marines emporte une seconde position clé japonaise: l'Amphitheatre. Les 25ème et 26ème Régiments parviennent à prendre pied sur les versants de la Crête du Dindon et de la colline 382.

Au centre, la 3ème Division de Marines achève la conquête de l'aérodrome n°3 sous le pilonnage de l'artillerie ennemie.

Le 9ème Régiment est bloquée à la base des collines 362B et 362C. La lutte, avec l'appui de l'aviation et des "Zippos", les chars Sherman lance-flammes, et à l'explosif, se poursuit pendant toute la journée. Les deux tiers de l'île sont maintenant aux mains des Américains.


Au large, le croiseur léger Biloxi est endommagé par des batteries côtières japonaises. Le destroyer Bennett et le navires de transport d'assaut Hercules sont atteints par des bombardiers-torpilleurs japonais. Les navires de transport d'assaut Stokes et Berrien, ainsi que les navires de débarquement LST-247, LST-224, LST-634 et LST-642 sont victimes de collisions.

Le 3 mars 1945 (Jour J+12), les 3ème, 4ème et 5ème Divisions de Marines poursuivent leurs attaques contre les positions japonaises.

Sur le flanc droit du dispositif américain, la colline 382 est enfin conquise par le 24ème Régiment de la 4ème Division de Marines. Après un ultime assaut américain, les innombrables grottes et galaries souterraines sont ratissées. Le Hachoir à Viande est maintenant entièrement aux mains des Marines, qui ont perdu pour elle seule 6,500 tués et blessés.

Au centre, la 3ème Division de Marines effectue une rotation de son axe d'attaque, vers l'est et la coline 362C. Le 9ème Régiment attaque la colline 357.

Sur le flanc gauche, la 5ème Division de Marines remanie son dispositif pour reprendre à son compte le secteur de la colline 362B, jusqu'alors confiée à la 3ème Division. Le 26ème Régiment élimine un par un les bunkers, casemates et nids de mitrailleuses japonaise autour de la 362B, en utilisant les chars lance-flammes "Zippos" et les explosifs. Après de furieux combats, les 27ème et 28ème Régiments s'emparent du village de Nishi et de la colline 362A.

A la fin de cette journée, les pertes terrestres américaines, depuis le 19 février, s'élèvent à environ 3,000 tués et 11,000 blessés.

Au large, le navire de transport d'assaut Bolivar est endommagé par les batteries côtières japonaises.


Conquête du reste de l'île (4-16 mars 1945).

Le 4 mars 1945 (Jour J+13), des pluies torrentielles limitent fortement les opérations de cette journée. Les bombardements terrestres, navals et aériens d'appui-feu sont annulés.

Nouvelle tentative du 26ème Régiment de la 5ème Division de Marines pour emporter la cote 362B... Nouvel échec. Très lourdes pertes américaines.

Sur l'aérodrome n°1, remis en état, premier atterrissage d'urgence d'un B-29 Superfortress de la 20th Air Force. C'est le premier d'une longue série de 2,400 atterrissages de B-29, jusqu'à la fin du conflit.


Le 5 mars 1945 (Jour J+14), sur le flanc gauche du dispositif américain, la 3ème Division de Marines vient en aide à la 5ème Division, très éprouvée. Les Seebees (Construction Battalions ou CBs), des unités du génie civil, poursuivent la remise en service de l'aérodrome n°1.

Le 6 mars 1945 (Jour J+15), à 8h du matin, après une préparation coordonnée de l'artillerie terrestre et navale américaine, d'une ampleur encore sans précédent dans cette bataille le V Corps amphibie du général Harry Schmidt donne l'assaut final en vue de percer les ultimes défenses japonaises, dans la partie nord-est de l'île encore entre leurs mains.

En fin de journée, les progrès des Marines sont dérisoires et pratiquement nuls. Ils n'auront avancé au maximum que de 90m. Car les Japonais se sont parfaitement adaptés au style de combat des Américains, et opposent une résistance inhumaine et suicidaire, qui défie l'entendement des Marines.

Quand l'artillerie américaine tonne, ils s'abritent dans les cavernes, pour en ressortir immédiatement lorsque les Marines passent à l'attaque.

Les zones de combat les plus meurtrières sont: les cotes 362B et 362C, les abords nord de l'aérodrome n°3, et l'est du village de Motoyama.

Au large d'Iwo Jima, le navire cargo Yancey est victime d'une collision et endommagé.

Le 7 mars 1945 (Jour J+16), tirant les leçons de la veille, et surprenant les Japonais par une attaque effectuée sans préparation d'artillerie, les 1er et 2ème bataillons du 9ème Régiment de la 3ème Division de Marines enlèvent la cote 362C sur le Plateau de Motoyama.

A gauche, la 5ème Division de Marines, très affaiblie, ne progresse que faiblement, en raison de la nature accidentée du terrain. Le 26ème Régiment avance au nord du village de Nishi vers Kita et l'extrêmité nord de l'île (Pointe Kitano).

L'appui de l'artillerie navale pose de nombreux problèmes, et est limitée au minimum, car la proximité des combattants a déjà causé des "erreurs de tir" et divers incidents mortels au sein même des Marines.

Les 23ème, 24ème et 25ème Régiments de la 4ème Division de Marines progressent vers l'est, en direction du village d'Higashi.


9 B-24 de la 7th Air Force (Guam, îles Mariannes) bombardent des batteries de DCA et des installations radios dans la partie de l'île encore sous contrôle japonais.

Le 8 mars 1945 (Jour J+17), les 3ème, 4ème et 5ème Divisions de Marines renouvellent leurs attaques contre les positions japonaises, et, avec l'appui de l'artillerie et des chars lance-flammes Zippos, gagnent quelques centaines de mètres sur toute la ligne de front.

La 4ème Division repousse ensuite une contre-attaque banzaï dans la nuit du 8 au 9 mars. De fait, les Marines constatent, fait significatif à leurs yeux, un acroissement sensible de suicides parmi les Japonais.

Le 9 mars 1945 (Jour J+18), les trois divisions américaines poursuivent leurs attaques aux lance-flammes et à l'explosif contre les cavernes et autres points de résistance japonais sur leurs arrières.

La 5ème Division de Marines progresse de quelques dizaines de mètres le long de la côte occidentale de l'île, vers Pointe Kitano. Une patrouille du 3ème Régiment, commandée par le lieutenant Paul Connally, atteint la côte nord-est et coupe la poche japonaise en deux.

Dans la nuit du 9 au 10 mars 1945, dans le secteur de la 4ème Division de Marines, un grand nombre de soldats japonais, portant à la taille des ceintures explosives et des mines, effectuent la dernière charge banzai de la bataille contre les positions américaines, et réussissent quelques pénétrations. L'attaque suicide, contre laquelle le général Tadamichi Kuribayashi était opposé, est repoussée. A l'aube, les Marines dénombreront devant leur ligne 784 cadavres japonais.

Le 10 mars 1945 (Jour J+19), la poche japonaise en coupée en deux: Cushman's Pocket, au sud. Et Kitano Point, surnommée la Death Valley (Vallée de la Mort), au nord, où 1500 soldats japonais et le général Tadamichi Kuribayashi se sont retranchés.


Le 11 mars 1945 (Jour J+20), au prix de corps-à-corps sanglants, la 4ème Division de Marines pénètre dans la partie ouest du village d'Igashi, sur le flanc droit du dispositif américain.

La poche japonaise est maintenant morcelées en trois parties: Kitano Point et la Death Valley à gauche (5ème Division), Cushman's Pocket et la colline 362C au centre (3ème Division), et Tachiiwa Point à droite (4ème Division).

Au centre, la 3ème Division de Marines entame l'élimination, un par un, des foyers de résistance japonais dans Cushman's Pocket.

Sur la gauche, la 5ème Division de Marines, la plus éprouvée, avance très lentement et péniblement vers Kitano Point, à l'extrêmité nord de l'île, malgré l'appui de l'artillerie et l'emploi de chars "Zippo".

C'est dans ce secteur que se cache le général Tadamichi Kuribayashi, le commandant en chef de la garnison japonaise.

Le 12 mars 1945 (Jour J+20), sur leurs arrières, les trois divisions américaines entament le ratissage des grottes et des galeries souterraines, réduisant une par une les poches de résistance japonaises au centre et à l'est de l'île.

La 4ème Division de Marines s'empare du reste du village d'Igashi. Au nord, à la Pointe Kitano, la 5ème Division de Marines encercle le général Tadamichi Kuribayashi et une force japonaise estimée à 500 hommes dans une poche de résistance, The Gorge.

Le 13 mars 1945 (Jour J+21), sur le flanc gauche du dispositif américain, la 5ème Division de Marines poursuit la liquidation des poches de résistance japonaises dans son secteur.

L'artillerie et l'aviation américaines ne peuvent intervenir en raison de la proximité des combattants. Mais les lance-flammes, les chars et les bulldozers américains, interviennent toujours à la demande des Marines.

Le 14 mars 1945 (Jour J+22), il ne reste que deux petites poches de résistance japonaises. La première, à l'extrêmité nord, au sud de la point Kitano, The Gorge, de 600m de long sur 150m à 250m de large. Et la seconde, Tachiiwa Point, au sud-est du village d'Higachi, sur la côte orientale.

Autour de The Gorge, dans le secteur de la 5ème Division de Marines, le 26ème Régiment attaque du nord et de l'est, et le 28ème Régiment à partir du sud.

Le 15 mars 1945 (Jour J+23), la 4ème Division de Marines anéantit la poche japonaise d'Higashi, sur la côte nord-est de l'île, commandée par le général Sadasue Senda, qui dirigeait auparavant l'artillerie de la 109ème Division. Son corps ne sera jamais retrouvé.

Au nord, à la Pointe Kitano, dans la zone d'opération de la 5ème Division de Marines, la liquidation de la seconde et dernière poche de résistance (The Gorge), commandée en personne par le général Tamadichi Kuribayashi, se poursuit également.

Le 16 mars 1945 (Jour J+24), à 18h exactement, le général Harry Schmidt, commandant le V Corps amphibie, déclare l'île officiellement conquise, bien que le général Tamadichi Kuribayashi et les derniers soldats japonais encore en vie, retranchés dans une minuscule poche à Kitano Point, de 600m de long sur 150m de large, et dans La Gorge, refusent toujours obstinément de capituler et résisteront jusqu'au 26 mars.



Nettoyage de l'île et bilan de la bataille (17-26 mars 1945).

Du 17 mars (Jour J+25) au 26 mars (J+34) 1945, les trois divisions américaines entament le nettoyage final.

La conquête de cette petite île volcanique japonaise, de 19km², a coûté très chère aux Américains: 25,851 Marines (dont 5,931 tués), soit plus du tier des effectifs initiaux engagés (70,000 hommes), et 2,835 marins (dont 890 tués). (2)

Sur les 21,090 défenseurs japonais, seuls 1,083 d'entre-eux ont été fait prisonniers. En comptabilisant tués et blessés, les pertes américaines surpassent donc les pertes japonaises.

La possession de l'île constitue une nouvelle base aérienne contre le Japon. Elle sert également à renforcer le blocus naval et aérien par la 5ème Flotte de l'amiral Raymond Spruance. Mais le bilan catastrophique de la bataille fait craindre le pire dans les états-majors américains, sur le prix exhorbitant qu'ils auraient à payer s'ils débarquaient au Japon.

Aux yeux des stratèges et des scientifiques américains, c'est une raison supplémentaire dans le choix du projet Manhattan, la mise au point de la bombe atomique américaine, destinée à briser le fanatisme et le jusqu'auboutisme des Japonais, mettre un terme à cette guerre avant le débarquement au Japon (opération Coronet).


Commémorations de la bataille.

Le 19 février 1985, à l'occasion du 40ème anniversaire du débarquement sur Iwo Jima, la première "Réunion de l'Honneur", qui regroupe des vétérans américains et japonais, s'est tenue au sommet du Mont Suribashi.

En hommages, deux stèles commémoratives, une américaine et une japonaise, ont été érigées de chaque côtés de ce lieu.







Bataille d'Iwo Jima au cinéma.

"Mémoire de nos Pères", dont le titre original en anglais s'intitule Flags of Our Fathers, est un film réalisé par Clint Eastwood, basé sur le roman éponyme de James Bradley, le fils d'un des six soldats américains présents sur la célèbre photographie de Joe Rosenthal, prise le 23 février 1945 au sommet du Mont Suribashi.

Le réalisateur américain récidive l'année suivante avec "Lettres d'Iwo Jima", et relate cette fois cette terrible bataille du côté japonais. (3)


(1) Blogosphère Mara: 23 février 1945 - Pacifique Central: Ira Hayes et la célèbre photographie de Joe Rosenthal

(2) Iwo Jima: United States and Japanese Casualties

(3) Blogosphère Mara: Clint Eastwood et la bataille d'Iwo Jima...



Série documentaire "Grandes Batailles de la Seconde Guerre mondiale"
(Henri de Turenne et Daniel Costelle) - Vidéo Youtube.


"Les Grandes Batailles" est une série d'émissions télévisées historiques de Daniel Costelle, Jean-Louis Guillaud et Henri de Turenne diffusée à la télévision française dans les années 1960 et 1970, qui décrit les principales batailles de la Seconde Guerre mondiale ainsi que le procès de Nuremberg. Les émissions donnent la parole aux officiers ayant participé à ces batailles ainsi qu'à des historiens. Ces interventions alternent avec des extraits de reportages. Les commentaires sont d'Henri de Turenne.


"Bataille du Pacifique - 2ème Partie: la reconquête" (1943-1945).

7 décembre 1941. L'agression japonaise contre la base aéronavale américaine de Pearl Harbor entraîne les Etats-Unis dans une bataille à mort sur le plus vaste théâtre d’opérations de l'histoire. Avide de conquêtes et de matières premières, le Japon instaure sa domination sur l'Asie, jusqu'à la victoire américaine de Midway du printemps 1942, qui sonne l'heure du reflux. Les archives des forces alliées et japonaises restituent l'irrésistible ascension japonaise et cet affrontement aéronaval spectaculaire. Ce documentaire montre chaque étape de la bataille du Pacifique: de la sauvagerie des combats sur les plages et dans la jungle des îles du Pacifique à l'apocalypse nucléaire qui s'abat sur le Japon en août 1945.













Article modifié le 15 février 2015.


Sources principales:
Operation Detachment: The Battle for Iwo Jima (Rickard.baroo.net)
Iwo Jima: Amphibious Epic (HyperWar - USMC Historical Monograph)
Battle of Iwo Jima (Wikipedia.org)

No comments: