8th Air Force américaine en Europe 1942-1945

La fabuleuse histoire de la Eighth Air Force (Huitième Force Aérienne) des Etats-Unis commence le 2 janvier 1942 sur la base aérienne de Savannah, dans l'Etat de Géorgie. Le 5 janvier, le major-général Carl A. Spaatz en assume le commandement à Bolling Field, dans le district fédéral de Washington DC. Trois jours plus tard encore, le 8 janvier, l'activation des "US Air Forces in the British Isles" (USAFBI) est annoncée. Le 12 mai suivant, le premier contingent de la 8th Air Force débarque en Angleterre, suivi le 15 juin par Spaatz lui-même. Celui-ci installe son PC opérationnel à Bushy Park, dans la banlieue sud-ouest de Londres.

Trois ans plus tard, la 8ème Force aérienne est devenue la plus formidable force aérienne de l'Histoire: lorsqu'elle regagne les Etats-Unis, en septembre 1945, elle compte dans ses rangs environ 17,000 avions et 135,000 aviateurs (486,000 hommes si on prend en compte les équipes au sol et toute la logistique nécessaire). Durant ces trois années, elle a également payé très cher sa contribution dans la campagne alliée de bombardement stratégique: 10,561 avions perdus, soit 4,754 B-17, 2,112 B-24, 1,043 P-47, 451 P-38 et 2,201 P-51, ainsi que 32,000 tués, 14,000 blessés et 33,000 prisonniers de guerre.




La 8ème Force Aérienne a l'autorité sur les commandements opérationnels suivants:
  • VIII Bomber Command (créé le 19 janvier 1942).
  • VIII Fighter Command (créé le 19 janvier 1942).
  • VIII Air Support Command (créé le 24 avril 1942).
La 8th Air Force et le VIII Bomber Command croissent en effectifs et en importance au fil des mois de 1942 à 1945. Le 22 janvier 1944, une réorganisation majeur s'effectue: toutes les flottes aériennes présentes en Europe/Méditerannée (8th, 9th, 12th et 15th Air Forces) sont rassemblés au sein d'un unique commandement centralisé, les United States Strategic Air Forces (USSTAF). En Angleterre, les B-17 et B-24 sont désormais subordonnés directement à la 8th Air Force, l'échelon du VIII BC disparaissant. Carl A. Spaatz étant placé à la tête des USSTAF, c'est le lieutenant-général James H. Doolittle qui lui succède en Angleterre au commandement de la 8th Air Force.

Ci-dessous: 1° Major-général Carl. A. Spaatz, commandant de la 8th Air Force (1942-1944). 2° Major-général Ira C. Eaker, commandant du VIII Bomber Command (1942-1944). 3° Lieutenant-général James H. Doolittle, commandant de la 8th Air Force (1944-1945).


Ci-dessous: extraits vidéos du film "Memphis Belle (1990).

















VIII Bomber Command.

Le VIII Bomber Command, dont nous traiteront principalement dans cet article, regroupe la totalité des bombardiers lourds quadrimoteurs de la 8th Air Force. Il est activé à Langley Field, en Virginie, est est ensuite réassigné à Savannah, en Géorgie, le 10 février. Le major-général Ira C. Eaker est désigné pour en assumer le commandement. Un détachement avancé est établit dans le quartier-général du RAF Bomber Command à Daws Hill (High Wycombe, Buckinghamshire, Angleterre), le 23 février, pour préparer l'arrivée des unités opérationnelles venant des Etats-Unis. La première unité du VIII BC arrivée en Angleterre est le 97th Bombardment Group, équipé de B-17E et qui s'établit sur la base de Polebrook (Northamptonshire) le 9 juin 1942.

Photo ci-dessous: B-17E du 97th BG, avec les marquages d'identification établis en 1943.


Les missions de combat du VIII Bomber Command débutent le 17 août 1942, lorsque 12 Flying Fortress du 97th BG s'en prennent à la gare de triage et au réseau ferroviaire de Rouen-Sotteville, en Normandie. Petite anecdote: le commandant du raid est un certain major Paul W. Tibbets. A la fin de cette année, quatre groupes de B-17E/F (92nd, 97th, 301st et 303rd BG) et deux groupes de B-24D (44th et 93rd BG) forment le noyau dur du VIII BC en Angleterre. La première mission américaine en territoire allemand s'effectue le 27 janvier 1943 contre la base navale et les industries de Wilhelmshaven.

Photos ci-dessous: 1° B-24D Liberator du 93rd Bomb Group en 1943. Au premier plan, les B-24D-25-CO "Joisey Bounce" (S/N 41-24226) et "The Duchess" (S/N 41-24147). 2° B-24D de la 8th Air Force en route vers leur objectif de Wilhelmshaven, le 27 janvier 1943.





1° Opération Pointblank: offensive aérienne coordonnée anglo-américaine en 1943.

Les deux stratégies différentes de la 8th Air Force et de la Royal Air Force sont définies et coordonnées entre elles lors de la Conférence de Casablanca, en janvier 1943. Il en résulte un plan d'ensemble baptisé "Combined Bomber Offensive" ou CBO pour mettre le Troisième Reich à genoux. C'est l'opération Pointblank. Le RAF Bomber Command d'Arthur Harris effectuera des raids nocturnes contre les grands centres hurbains, pour briser le moral de la population ennemie et insuffler un climat d'insécurité. Le VIII Bomber Command américain, de son côté, se concentrera sur les missions diurnes contre la puissance industrielle du Troisième Reich, en Allemagne ou dans les pays occupés d'Europe.

Le 13 avril 1943, 115 B-17 bombardent les usines aéronautiques Focke-Wulf de Brême. Le 5 mai suivant, pour la première fois, des chasseurs américains P-47C Thunderbolt escortent les bombardiers de la 8th Air Force au-dessus du territoire allemand.

Photo ci-dessous: B-17F de la 8th Air Force bombardant l'usine aéronautique Focke-Wulf de Marienburg, le 9 octobre 1943.


Le 14 juin 1943, à Londres, les Chefs d'Etat-Major Combinés anglo-américains (Combined Chiefs of Staff) publient la "Directive Pointblank", avec quelques modifications apportés à la directive d'origine de Casablanca, pour préparer le grand débarquement des troupes alliées en France. En août, la Conférence Quadrant à Quebec confirme ce changement de priorité, en même temps qu'elle met au point les plans d'exécution de la future opération Overlord.

Dans cette liste des priorités américaines, les usines aéronautiques Messerschmitt de Regensburg et de roulements à billes de Schweinfurt figurent en première place. L'offensive de bombardement combiné CBO début le 10 juin 1943. Et pendant les cinq mois suivants, les deux Bomber Commands concernés se concentrent sur le bassin industriel de la Ruhr.

Liste des priorités des cibles définie par le CBO:
  1. Usines aéronautiques de chasseurs monoplace (22 cibles).
  2. Usines de roulements à billes (10 cibles).
  3. Usines et complexes pétrolifères (39 cibles).
  4. Usines fabriquant les meules, matières abrasives (10 cibles).
  5. Usines de métaux non ferreux (13 cibles).
  6. Usines de pneus ou de caoutchouc synthétiques (12 cibles).
  7. Bases et usines de construction de sous-marins (27 cilbes).
  8. Usines produisant des véhicules militaires de transport (7 cibles).
  9. Réseaux de transport, gares ferroviaires, routes, ponts.
  10. Usines pétrochimiques, d'hydrocarbures et raffineries de pétrole (89 cibles).
  11. Usines métallurgiques (14 cibles).
  12. Usines de machines outils (12 cibles).
  13. Centrales électriques (55 cibles).
  14. Usines fabriquant du matériel électrique (16 cibles).
  15. Usines fabriquant des instruments d'optique de précision (3 cibles).
  16. Usines chimiques.
  17. Usines de production alimentaire (21 cibles).
  18. Usines de production d'azote (21 cibles).
  19. Usines de production de pièces d'artillerie AA.
Le premier raid allié de l'offensive coordonnée Pointblank est effectué dans la nuit du 11 au 12 juin 1943 par le RAF Bomber Command, à l'aide de radar H2S, contre la ville de Münster. A l'occasion du premier anniversaire des opérations de bombardement de la 8th Air Force, le 17 août 1943, les Américains visent les usines aéronautiques Messerschmitt de Regensburg, avec 230 B-17. Et le même jour, 146 autres Flying Fortress "visitent" les usines de roulements à billes de Schweinfurt. Ces deux premiers raids ne causent que des dommages mineurs, et au-dessus de Schweinfurt, les B-17 participant à la mission sont interceptés par une force estimée à environ 300 chasseurs de la Luftwaffe. Durant ces deux raids, la 8th Air Force perd respectivement 36 et 24 bombardiers. 168 autres sont endommagés à divers degrés.

Photos ci-dessous: 1° B-17F au-dessus de Schweinfurt, le 17 août 1943. 2° Des B-17F bombardent au-radar, au-dessus de la couverture nuageuse, les usines aéronautiques de Brême, le 13 novembre 1943.



Une seconde tentative est menée contre Schweinfurt le 14 octobre 1943. Au cours de la journée que les Américains baptiseront par la suite "Jeudi Noir" (Black Thursday), les B-17 endommagent fortement l'usine de roulements à billes et interromptent sa production pour le restant de la guerre. Ce succès a cependant un prix élevé: sur les 291 bombardiers qui prennent par au raid, 60 sont abattus, et 650 aviateurs américains sont capturés, tués ou disparus. Seuls 33 Forteresses Volantes rentrent à leur base sans dommages ou sans avoir été touchées.

Un tel traitement ne peut être soutenu à longue durée, et le commandement des US Army Air Forces in Europe, conscient de la vulnérabilité de ses bombardiers lourds s'ils ne sont pas escortés sur l'ensemble du trajet aller-retour, interrompt temporairement ses missions diurnes au-dessus de l'Allemagne.

En novembre 1943, ce problème semble être résolu grâce à l'arrivée des P-51B Mustang, munis de réservoirs largables. Et la campagne de bombardements diurnes de la 8th Air Force en Allemagne reprend. Ce qui n'empêche pas le VIII Bomber Command, le 11 janvier suivant, lors des raids contre Oschersleben, Halberstadt et Brunswick, d'enregistrer des pertes similaires à celle du Jeudi Noir: les chasseurs d'escorte, en raison de la couverture nuageuse, ont râté le rendez-vous avec les bombardiers et ont du faire demi-tour.


2° Opération Argument (la Big Week de février 1944).

Les conditions météorologiques s'améliorant notablement dans la seconde moitié de février 1944, les stratèges alliés prennent la décision de lancer l'opération Argument. En collaboration avec les missions nocturnes du RAF Bomber Command, le Troisième Reich est bombardé intensivement sans interruption, nuit et jour. Dans la nuit du 19 au 20 février, les Britanniques ouvrent le bal, contre les aérodromes et industries aéronautiques dans la région de Leipzig.

Au cours de la journée suivante, le 20 février, plus de 1,000 B-17 et B-24 des 8th et 15th Air Force prennent le relai, désormais solidement escortés par 800 chasseurs P-38, P-47, P-51 et Spitfire sur l'ensemble du trajet. Les B-17 Flying Fortress visent les usines Transportanlagen-Gesellschaft (Ju-88), Erla-Maschinenwerk (Bf-109), Bernburg-Strenzeld (Ju-88) et Oschersleben (B-109). Les B-24 Liberator se chargent des usines Gothaer Waggonfabrik (Bf-110) et de Rostock (Fw-190 et He-111). Les dommages causés sont si importants que les dirigeants nazis prennent la décision de délocaliser et de mettre à l'abri leur production aéronautique plus à l'Est, hors du rayon d'action des bombardiers lourds quadrimoteurs alliés.

Le 21 février, la "Grosse Semaine" se poursuit, 900 bombardiers quadrimoteurs du VIII Bomber Command attaquent la région de Braunchweig. Les B-17 visent particulièrement les aérodromes de Gutersloh, Lippstadt, Werl, Achmer, Hopsten, Rheine, Diepholz, Quakenbruck, Bramsche, Diepholz et Brunswick. Les B-24 "visitent" les aérodromes et usines d'Achmer, Handorf, Diepholz, Verden, Hesepe et Lingen. Au cours de ce raid, pour le prix de 19 bombardiers et 5 chasseurs d'escorte, plus de 60 chasseurs de la Luftwaffe sont abattus ou détruits au sol.

Le 22 février, les Américains envoient 810 bombardiers et 680 chasseurs d'escorte contre les usines aéronautiques de Regensburg et de Schweinfurt.

Le 25 février, 740 B-17 et B-24, escortés par 920 P-38, P-47 et P-51, visent les usines aéronautiques dans les régions de Stuttgard et d'Augsburg.

Au cours de la Big Week (20-25 février 1944), l'US Army Air Force a perdu 247 bombardiers, sur plus de 3,500 sorties, et 33 chasseurs d'escorte. Les Britanniques, 131 bombardiers abattus. Les Allemands, de leur côté, enregistrent la perte de 355 chasseurs détruits et environ 100 pilotes tués. Dans les quelques jours qui suivent, les raids alliés contre les industries nazies se poursuivent, mais à une moindre intensité. Le 29 février, 226 B-17, escortés par 455 chasseurs des 8th et 9th Air Forces, reviennent visiter les usines de Brunswick.

Photo ci-dessous: B-17G, dernière version de la Flying Fortress engagée au combat au cours de la Seconde Guerre mondiale à partir de 1944. Le bombardier 43-37683 appartient au 339th Bomb Squadron, 96th Bombardment Group, et est basé à Snetterton Heath, en Angleterre.



3° "Bataille aérienne" de Berlin (mars 1944).

Deux semaines après la fin de la Big Week, le 6 mars, la 8th Air Force américaine entame sa "Bataille de Berlin" (rien à voir avec l'assaut final de l'Armée Rouge contre Berlin, en avril 1945). La Royal Air Force visite régulièrement la capitale allemande depuis 1940 (avec un pic d'activité en avril/mai 1943), mais c'est le premier raid diurne américain sur cette ville. 510 B-17 et 740 chasseurs d'escorte visent les industries dans les banlieues berlinoises. D'autres bombardiers du VIII Bomber Command visent également Dusseldorf, Bonn et Cologne.

Le 8 mars, 510 B-17 et 220 B-24, guidés par les Pathfinders du 482nd Bomb Group équipés de radar de visée H2X et accompagné par 800 chasseurs d'escorte P-38, P-47 et P-51, reviennent sur cette ville et détruisent notamment l'usine de roulements à billes d'Erkner.

Le lendemain 9 mars, 420 B-17 et 210 B-24, escortés par 820 chasseurs, visitent Berlin une troisième fois. Durant cette période, la 8th Air Force largue au total plus de 4800 tonnes de bombes sur la capitale du Troisième Reich.

Le 22 mars, 460 B-17 et 200 B-24, guidés par les Pathfinders H2X, bombardent une quatrième et dernière fois la zone hurbaine berlinoise. Sont particulièrement visées les usines aéronautiques d'Orianenburg et de Basdorf. Pour sa part, le RAF Bomber Command poursuivra ses raids nocturnes contre Berlin jusqu'à la nuit du 24 au 25 mars.


4° Prélude à l'Opération Overlord (février-juin 1944).

En préparation du débarquement allié en Normandie, la 8th Air Force entame en février 1944, en collaboration avec la 9th Air Force et le RAF Bomber Command, une campagne de bombardements contre les défenses du Mur de l'Atlantique, de la Hollande à la Bretagne, et les réseaux ferroviaires et routiers entre ces deux zones, jusqu'à une profondeur de cent kilomètres. Des centaines de routes, d'aérodromes de la Luftwaffe, de ports, de carrefours, de ponts, de gares ou de réseaux ferroviaires sont détruits.

Le 1er mai, 1,300 B-17 et B-24 s'en prennent aux réseaux routiers et ferroviaires d'Alsace (Sarguemines et Metz) et de Belgique (Bruxelles et Liège).

Parallèlement à cette campagne, la 8th Air Force procède à des larguages d'armes et de munitions au bénéfice des mouvements de résistance français, belges et néerlandais (opération Carpet Bagger).

Une troisième campagne de bombardement, menée toujours simultanément et en collaboration avec les bombardiers lourds Lancaster du RAF Bomber Command, cible les installations et les usines de fabrication des V1 et V2 en Allemagne, particulièrement celles de Peenemunde, sur les côtes de la Mer Baltique. C'est l'opération Crossbow.

En septembre 1944, vingt-sept des quarante groupes de bombardement lourds de la 8th Air Force opèrent sur B-17. Ainsi que six des vingt-et-un groupes de la 15th Air Force.

Ci-dessous: parmi les progrès technologiques dans le domaine de l'aviation, la mise en service du radar H2X (ou AN/APS-15) permet en 1944 une amélioration notable des systèmes de radio-navigation et de visée des bombardiers alliés.



5° Détruire les industries pétrolières allemandes (1944-1945).

La 8th Air Force attaque pour la première fois des installations pétrolifères allemandes le 13 mai 1944, lorsque 488 B-17, escortés par 739 P-51, visent les rafferines des régions de Leipzig, en Allemagne, et de Brux, en Tchécoslovaquie. Au cours de la même mission, 261 B-24 s'en prennent à l'usine aéronautique et au dépot de maintenance Focke-Wulf de Tutow. Plus de 300 chasseurs de la Luftwaffe interceptent les formations américaines. La 8th Air Force revendique ce jour-là 47 avions ennemis abattus, mais perd 46 bombardiers.

Après le Jour-J, le bombardement des industries pétrolières allemandes devient une priorité. Des vastes formations de centaines de B-17 et de B-24, escortés par autant, sinon plus, de chasseurs d'escorte P-51 et P-38, visent les raffineries en Allemagne et en Tchécoslovaquie, jusqu'au début de l'année 1945. A cette date, ayant mis à mal la Luftwaffe, les Alliés ont de fait obtenu la suprématie aérienne au-dessus du territoire ennemi. Avec les nouveaux B-17G disposant d'un rayon d'action accru, la 8th Air Force en profite pour s'aventurer toujours plus loin, jusqu'en Tchécoslovaquie et l'ancienne frontière polonaise. Dans cette campagne de bombardements stratégiques, elle vise les usines de fabrication de carburant synthétique Leuna de Merseburg à dix-huit reprises.

A la fin de l'année 1944, seules trois des nonante et une raffineries allemandes fonctionnement encore normalement, 29 partiellement, et toutes les autres complètement détruites. Cependant, ces missions coûtent très cher aux Américains. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la 8th Air Force enregistrera à elle seule environ la moitié du total des pertes en aviation des Etats-Unis sur tous les théâtres d'opérations. A la fin des hostilités, elle a perdu 10,561 avions, soit 4,751 B-17, 2,112 B-24, 1,043 P-47, 451 P-38 et 2,201 P-51. 32,000 tués, 14,000 blessés et 33,000 aviateurs capturés. En mai 1945, elle compte dans ses rangs 17,000 avions et 486,000 hommes. En trois ans, elle est devenue la plus formidable force aérienne de tous les temps.


6° Victoire en Europe (1945).

Le 1er janvier 1945, 950 chasseurs effectuent la dernière offensive aérienne majeure allemande, l'opération Bodenplatte, contre une trentaine d'aérodromes alliés en France, en Belgique et dans le sud des Pays-Bas. Cette action, qui s'inscript globalement dans le cours de la bataille des Ardennes, est en fait une victoire de la Luftwaffe à la Pirrhus: plus de 300 avions allemands sont abattus, la grande majorité par la DCA. La Luftwaffe est incapable de se remettre de cette saignée, alors que les Alliés combleront leurs pertes en quelques jours à peine. Ce qui pesera très lourd au cours des derniers mois du conflit en Europe. Grâce à cette "victoire" allemande, les Alliés ont de fait désormais la supériorité aérienne absolue au-dessus du territoire ennemi.

Photo ci-dessous: formation de B-17 du 398th Bombardment Group au cours d'un raid contre Neumunster, le 13 avril 1945.


Pourtant, la Luftwaffe continuera à harceler les formations de la 8th Air Force, mais à une beaucoup moindre intensité.

En mars 1945, surviennent les premières attaques de chasseurs à réaction allemands contre les bombardiers alliés. Le 2 mars, alors que la 8th Air Force vise les usines de carburant synthétique de Leipzig, des Me-262A interceptent les bombardiers américains au-dessus de Dresde. Le lendemain, 3 mars, la plus importante formation d'avions à réaction jamais réunies dans ce conflit, provenant du Jadgeschwader JG7 Nowotny, attaque des B-17 visant les usines de carburant synthétique de Dresde et d'Essen, et abattent trois d'entre-eux.

Cependant, ce sursaut intervient trop tard, et n'aura plus aucune incidence sur la conduite des opérations de la 8th Air Force. Jusqu'à la fin, celle-ci pourra continuer d'agir en toute impunité.

Le 7 avril 1945, la Luftwaffe intervient pour la dernière fois, avec des Bf-190G et Me-262A, contre une formation de la 8th Air Force. Seuls 15 B-17 sont pris pour cible, et 8 d'entre-eux abattus. Au cours de cette journée, 32 B-17 et B-24, escortés par 14 P-51D, bombardent les quelques aérodromes qu'il reste encore à la Luftwaffe. Au cours de cette mission, environ 300 avions allemands de tous types sont détruits au sol, soit du fait des bombardiers, soit du fait des chasseurs en missions straffing (mitraillages en rase-mottes).

Le 16 avril, ce record est battu: les derniers 700 avions allemands sont détruits au sol. La Luftwaffe a cessé d'existé.

La dernière mission de guerre de la 8th Air Force survient le 25 avril 1945: 307 B-17, escortés par 206 P-51, visent les usines d'armement Skoda de Pilsen, en Tchécoslovaquie. De leur côté, 282 B-24, escortés par 216 P-51, s'en prennent aux installations ferroviaires de Salzbourg, sur la frontière autrichienne, de Bad Reichenhall, de Hallein, de Berchestgagen et du Nid d'Aigle d'Hitler, en Allemagne. Au cours de ce ultime raid aérien, 6 bombardiers et 1 chasseur américain sont abattus par la FlaK.

Au cours de la première semaine de mai 1945, la 8th Air Force n'effectue plus que des largages de denrées alimentaires et de médicaments aux profit des populations civiles sinistrées aux Pays-Bas et en Allemagne. Ces missions humanitaires se poursuivront jusqu'à la fin du mois de juin.

Photos ci-dessous: 1° Un des derniers adversaires de la 8th Air Force en Europe: le Me-262 Schwalbe ("Hirondelle"). 2° La fin du B-17G "Wee-Willie" (42-31333, LG-W) appartenant au 91st Bombardment Group, au-dessus de Kranenburg, détruit par un Me-262 le 13 avril 1945.





VIII Fighter Command.

Mission: anéantir la Luftwaffe!

Les premiers squadrons du VIII Fighter Command (4th et 31st FG) sont, à l'été 1942, équipés de Spitfire Mk.Ia et Mk.VB, puis finalement Spitfire MK.VIII et Mk.IX, cédés par la Royal Air Force. Les Spitfire du 4th FG sont remplacés par des P-47C Thunderbolt à la fin de l'année. Ceux du 31st FG resteront en service jusqu'en avril 1944, avant d'être remplacés par des P-51B puis P-51D Mustang.

Ci-dessous: Spitfire Mk.VB du 301st FS/31st FG en Angleterre. Automne 1942.


Au sein de la Royal Air Force, le P-51A (désigné Mustang I par les Anglais) entre en service opérationnel en Europe au cours des premiers mois de 1942. Propulsé par un Allison V-1710, l'avion montre d'emblée d'indéniables performances, particulièrement sa vitesse élevée. Mais ces performances se dégradent en haute altitude. Pour résoudre cela, l'Allison est remplacé par un Rolls-Royce Merlin d'origine anglaise. Il en résulte la version expérimentale XP-51B, disposant d'une vitesse accrue de 65km/h par rapport au P-51A.

L'US Army Air Force décide de s'équiper en priorité de ce nouveau chasseur, capable de rivaliser (et même de surpasser) le Focke-Wulf Fw-190 et les versions tardives F et G du Messerschmitt Bf-109. Un contrat est signé, portant sur la livraison de 2,200 P-51B équipés de Packard V-1650-3, inspiré du Rolls-Royce Merlin.

Au sein de la 8th Air Force, le P-51B entre en service opérationnel au moment des raids intensifs contre Schweinfurt et Regensburg, en août 1943. Equipés de deux réservoirs largables de 320 litres chacun, il escorte désormais les bombardiers lourds B-17 et B-24 sur la totalité du trajet aller-retour.

Introduit en opération à partir de mai 1944, le P-51D dispose d'améliorations: six mitrailleuses de 12.7mm, au lieu de quatre sur les versions antérieures, une capacité accrue du réservoir de carburant, un moteur plus puissant (Packard V-1650-7 de 1490 ch), et surtout d'une nouvelle verrière intégrale 360° supprimant les angles morts vers l'arrière, et très appréciée des pilotes.

Photo ci-dessous: formation de Mustang du 375th Fighter Squadron, 361st Fighter Group, basé à Bottisham, Cambridgeshire, 26 juillet 1944. A l'avant plan, le P-51D-5-NA S/N 44-13410 "Lou IV". A l'arrière plan, le P-51B-15-NA S/N 42-106811 "Suzy-G".


Le Lightning, le "Diable à queue fourchue" ainsi surnommé par les Allemands, dispose de réservoirs internes permettant d'escorter les bombardiers jusqu'à la cible, même sans réservoirs externes auxiliaires. Cependant, sa production souffrant de problèmes dû à son moteur Allison, il est en sous-effectif par rapport aux demandes. La version P-38J entre en service en octobre 1943 au sein du VIII Fighter Command en Angleterre.

Ci-dessous: P-38J du 370th Fighter Group. RAF Andover, Hampshire, Angleterre. Juin 1944.


A la fin de l'année 1942, le P-47C Thunderbolt entre en service opérationnel au sein du 56th Fighter Group en Angleterre. Les 4th et 78th FG sont ensuite équipés tour de ce nouveau chasseur massif, à l'allure pataude et que les pilotes américains surnomment "la Cruche" ou "le Sanglier", mais capable d'encaisser d'importants dommages et de continuer à voler malgré tout. Du fait de ces caractéristiques particulières, bien qu'il s'acquitte honorablement des missions d'escorte de bombardiers, il est surtout destiné aux missions d'attaque au sol dites "Rubarb", contre les aérodromes allemands dans le nord de la France. Dans cette optique, à partir de février 1944, la plupart des squadrons de P-47 sont d'ailleur transférés de la 8th à la 9th Air Force.

Photo ci-dessous: P-47C Thunderbolt du 56th Fighter Group en Angleterre, en 1943.


La version P-47D entre en service en Angleterre dans les premiers mois de l'année 1944. Bénéficiant d'améliorations telles que la puissance moteur, la capacité accrue du réservoir de carburant, un blindage renforcé. A l'instar du P-51D, une variante tardive du P-47D voit le jour, équipée d'une verrière intégrale permettant une vision 360°.


Organisation et ordre de bataille en mai 1945.

Lorsque prennent fin les hostilités en Europe, en mai 1945, la 8th Air Force américaine est devenue dans l'histoire humaine la plus formidable flotte aérienne jamais rassemblée: 486,000 hommes et 17,000 avions, répartis en trois divisions aériennes. 40 groupes de bombardement lourd [Heavy Bombardment Groups], 26 de B-17 Flying Fortress et 14 de B-24 Liberator. 15 groupes de chasse [Fighter Groups], 13 de P-51 Mustang, 1 de P-38 Lightning et 1 de P-47 Thunderbolt. Ainsi qu'un groupe de reconnaissance photo composé de P-51, L-5 Sentinel et Spitfire Mk.IX, un groupe de reconnaissance bombardement Pathfinders avec des B-17, B-24, B-25 Mitchell, B-26 Marauder et P-38.

En juillet 1945, la 8th Air Force est transférée sur le théâtre d'opération du Pacifique Central et déménage pour s'installer sur l'île d'Okinawa. C'est là qu'elle entame sa conversion sur B-29 Superfortress, le 8 août. Elle restera dans cette zone jusqu'en juin 1946, avant de s'installer dans les îles Mariannes (Tinian, Saipan et Guam).


Article modifié le 8 mai 2016.


Sources principales:
Eighth Air Force (Wikipedia.org)
VIII Bomber Command (Wikipedia.org)

No comments: